NOUVELLES

Russie: Merkel annonce un "allongement" de la liste des personnes sanctionnées par l'UE

20/03/2014 05:23 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

L'Union européenne va allonger la liste des personnalités russes et ukrainiennes pro-russes frappées d'interdiction de visa et de gels des avoirs, a annoncé jeudi la chancelière allemande Angela Merkel, en laissant la porte ouverte à des sanctions économiques en cas d'escalade.

"Au Conseil européen qui commence aujourd'hui, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne vont fixer les sanctions (de la phase 2) décidées il y a deux semaines (...) Parmi elles, un allongement de la liste des personnes concernées par l'interdiction de visa et le gel des avoirs", a déclaré jeudi matin Mme Merkel devant les députés du Bundestag.

"En cas d'escalade, (...) nous sommes prêts à chaque instant à passer à la phase trois des sanctions et il s'agira sans aucun doute de sanctions économiques", a-t-elle ajouté, à quelques heures de la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement européens à Bruxelles.

Le rattachement de la Crimée à la Russie exige "une réponse résolue et unie de l'Europe et de ses partenaires", a-t-elle martelé.

Concernant l'avenir de la Russie dans le G8, et la tenue d'un sommet du G8 en juin, la chancelière a déclaré: "tant que les conditions politiques ne sont pas réunies pour une réunion de cette envergure, il n'y a plus de G8, ni le sommet, ni le format en tant que tel".

Les préparations pour le G8 en juin dans la ville russe de Sotchi ont été suspendues en raison de la situation en Crimée.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a précisé dans l'après-midi que la suspension des préparatifs du G8 "ne signifiait pas que le G8 dans son format était annulé".

"On va devoir en discuter entre participants du G7 et du G8. Cela annulerait les résultats de dizaines d'années. Il faut s'interroger pour savoir si c'est le bon moment", a-t-il déclaré à l'issue d'un entretien avec son homologue roumain, Titus Corlatean.

A propos des consultations gouvernementales germano-russes qui étaient prévues pour fin avril, la chancelière a laissé la porte ouverte à toutes les options. "Le gouvernement allemand décidera si oui ou non elles auront lieu et sous quelle forme", a-t-elle dit.

L'UE a cependant déjà décidé d'annuler son sommet prévu en juin avec la Russie en réaction au rattachement de la Crimée à la Russie, a annoncé jeudi le président français François Hollande.

clp-yap/aro/jeb

PLUS:hp