NOUVELLES

Afghanistan: le prochain régime doit éradiquer la corruption (USA)

20/03/2014 05:40 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

Les élections d'avril en Afghanistan doivent offrir aux prochains dirigeants l'occasion unique d'éradiquer la corruption endémique qui gangrène l'avenir de ce pays, a plaidé jeudi un haut responsable américain.

Les Etats-Unis ont apporté la somme colossale de 102 milliards de dollars depuis l'invasion de la fin 2001 pour renverser le régime des talibans.

"Nous ne savons même pas ce que nous avons dépensé et où nous l'avons dépensé pendant 12 ans", a critiqué John Sopko, l'inspecteur général spécial pour la reconstruction de l'Afghanistan (Sigar).

Ce fonctionnaire indépendant du gouvernement américain s'exprimait devant un centre de recherches, Atlantic Council, pour critiquer le manque d'audit et de contrôle de la manne versée par Washington à Kaboul.

Les milliards de dollars dépensés dans un des pays les plus pauvres et les plus corrompus de la planète n'ont fait qu'alimenter la corruption au sein d'un régime afghan jugé faible et dépassé par les évènements, a déploré M. Sopko.

"Laisser la corruption continuer à prospérer va probablement mettre en péril tout ce que nous avons gagné en 12 ans. En d'autres termes, la corruption risque de gâcher 2014 et au-delà", a-t-il prévenu, alors que les Etats-Unis négocient depuis des mois avec le régime du président Hamid Karzai sur une éventuelle présence militaire américaine après 2014.

D'après M. Sopko, s'appuyant sur un rapport d'une ONG afghane, 1,25 milliard de pots-de-vin ont été versés par des Afghans en 2012, soit l'équivalent de la moitié des recettes budgétaires du gouvernement de Kaboul.

L'Afghanistan représente à l'heure actuelle "dans l'histoire des Etats-Unis le plus grand effort de reconstruction d'un seul pays".

A l'occasion du scrutin présidentiel du 5 avril --auquel M. Karzai ne peut pas se représenter-- "nous avons une fenêtre pour lutter contre la corruption", a plaidé le haut responsable américain.

"Si les élections se déroulent bien, l' Afghanistan aura un nouveau gouvernement (...) (qui) travaillera avec une communauté internationale moins patiente en matière de corruption et il devra agir vite pour prouver qu'il s'attaque sérieusement au mal", a encore espéré M. Sopko.

Le fonctionnaire a déjà produit de multiples rapports au vitriol dénonçant le gâchis de l'argent du contribuable américain en Afghanistan. "Il faut reconnaître qu'avec trop d'argent dépensé trop rapidement et sans garde-fou, on court à la catastrophe", a conclu M. Sopko.

jkb/nr/mdm

PLUS:hp