NOUVELLES

Le Parlement turc se réunit pour évoquer le dossier d'ex-ministres accusés de corruption

19/03/2014 09:59 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

Le Parlement turc s'est réuni mercredi en séance extraordinaire pour débattre de la levée de l'immunité de quatre ex-ministres soupçonnés de corruption dans le scandale qui éclabousse le gouvernement à dix jours des élections municipales.

Juste avant l'ouverture des débats, le Parti gouvernemental de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) a proposé la mise en place, après le scrutin du 30 mars, d'une commission d'enquête chargée d'examiner les allégations de corruption qui pèsent sur les anciens ministres, selon les médias.

Réclamée par l'opposition, cette séance extraordinaire s'annonce symbolique car l'AKP, dont sont membres les ministres visés, dispose d'une large majorité parlementaire.

Près de 800 demandes de levée d'immunité attendent au Parlement depuis des années.

Trois de ces ex-ministres, ceux de l'Intérieur Muammer Güler, de l'Economie Zafer Caglayan et de l'Environnement Erdogan Bayraktar, ont été contraints de démissionner en décembre, quelques jours après l'inculpation de leurs fils dans une vaste enquête de corruption visant des dizaines de proches du régime.

Le dernier d'entre eux, celui des Affaires européennes, Egemen Bagis, avait été remercié à la faveur d'un vaste remaniement précipité par la démission de ses trois collègues.

Les quatre élu n'étaient pas présents à la session, pas plus que le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, en pleine campagne électorale.

Placés en détention provisoire, les fils de MM. Güler et Caglayan ont été remis en liberté en février avec tous les autres suspects incarcérés de cette affaire, après le changement du procureur en charge du dossier, dénoncé par l'opposition.

Outre ses anciens ministres et des dizaines de proches, M. Erdogan est lui-même personnellement mis en cause dans ce scandale, qu'il attribue à un "complot" ourdi par ses ex-alliés de la confrérie du prédicateur musulman Fethullah Gülen pour le faire tomber.

BA/pa/fw

PLUS:hp