NOUVELLES

Canada: Joe Oliver nommé ministre des Finances

19/03/2014 11:48 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre canadien Stephen Harper a nommé mercredi l'ex-banquier d'affaire Joe Oliver au poste de ministre des Finances, en remplacement de Jim Flaherty dont la démission la veille avait crée une surprise.

Joe Oliver "continuera de renforcer l'économie et d'équilibrer le budget pour 2015", a déclaré M. Harper sur Twitter, en joignant une photo de la prestation de serment du nouveau grand argentier du pays.

Ministre des Ressources naturelles depuis 2011, M. Oliver, 73 ans, a fait carrière dans la banque d'affaires Merrill Lynch, avant de diriger notamment l'Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières.

Sa nomination a été applaudie par l'Association minière canadienne, son président Pierre Gratton le jugeant "incroyablement doué".

Au contraire, le député Louis Plamondon du Bloc Québécois (parti indépendantiste siégeant au parlement fédéral) a dénoncé "sa défense sans nuance de l'industrie des sables bitumineux (qui) ne laisse croire à aucun changement de direction en matière de finances publiques, bien au contraire".

Fervent défenseur du projet controversé de l'oléoduc canado-américain Keystone XL --qui embarrasse Washington--, M. Oliver est apparu comme un allié de poids pour l'industrie pétrolière canadienne, des documents officiels obtenus par la presse soulignant notamment sa collaboration étroite avec les lobbyistes de ce secteur économique vital pour l'économie canadienne.

Le départ de M. Flaherty, loué par le Premier ministre comme le "meilleur ministre des Finances du monde", a entraîné un mini-remaniement ministériel, alors que les prochaines élections sont attendues dans 18 mois.

A la place de M. Oliver, Greg Rickford a été chargé du portefeuille des Ressources naturelles, tandis qu'Ed Holder a reçu le maroquin des Sciences et des technologies.

Avocat de formation, Jim Flaherty quitte la politique pour retourner dans le secteur privé. Nommé aux Finances en 2006, lors de l'accession au pouvoir de Stephen Harper, son action lors de la dernière crise financière a été maintes fois saluée, le Canada apparaissant comme le meilleur élève du G8 durant cette période houleuse.

Depuis plusieurs mois, M. Flaherty combattait une maladie de peau qui l'avait contraint à recourir à un traitement à base de stéroïdes ayant entraîné une certaine prise de poids.

M. Flaherty, 64 ans, a toutefois souligné qu'il était proche d'une "guérison totale" et que sa décision de quitter la politique "n'était liée d'aucune façon à (son) état de santé".

sab/sl/rap

PLUS:hp