NOUVELLES

Bangladesh : la chef de l'opposition renvoyée en procès pour corruption

19/03/2014 08:56 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

La chef de l'opposition au Bangladesh, Khaleda Zia, va comparaître le mois prochain devant un tribunal avec plusieurs autres personnes pour le détournement présumé de plus de 600.000 dollars, a ordonné mercredi un tribunal anti-corruption.

L'ancienne Première ministre, qui a boycotté les élections législatives en janvier, comparaîtra le 21 avril pour des chefs d'accusation qui peuvent lui valoir la perpétuité, selon des avocats et le tribunal.

Selon l'accusation, Zia et trois autres personnes sont accusées d'avoir détourné 31,5 millions de taka (environ 400.000 dollars) d'une fondation de bienfaisance créée après l'assassinat de son mari Ziaur Rahman, ancien président, en 1981.

Elle est également accusée d'avoir dirigé un groupe de cinq personnes, incluant son fils aîné Tarique Rahman, soupçonné d'avoir détourné 21,5 millions de takas (270.000 dollars) destinés à un orphelinat créé en mémoire de son mari, a dit le procureur Mosharraf Hossain à l'AFP.

L'avocat de Mme Zia, Ahmed Talukder, a estimé que les charges retenues par l'agence anti-corruption du Bangladesh étaient "fausses et fabriquées" et s'inscrivaient dans un complot pour détruire la chef de l'opposition et sa famille.

"Le tribunal s'est comporté comme une aile du parti au pouvoir. Il a contrevenu à ses propres règles en l'inculpant sans l'interroger. Elle a été accusée sur ordre du gouvernement", a dit l'avocat à l'AFP.

Khaleda Zia entretient avec Sheikh Hasina, Première ministre du Bangladesh, une rivalité féroce depuis une vingtaine d'années.

L'opposition a boycotté les élections en janvier et Zia avait été assignée de facto à résidence pendant une semaine avant le scrutin.

sa/co/ef/ml

PLUS:hp