NOUVELLES

Québec solidaire augmenterait les impôts des plus riches

18/03/2014 03:20 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

Québec solidaire est devenu le dernier des quatre grands partis à présenter son cadre financier, mardi, en promettant de réaliser l'équilibre budgétaire dès l'an prochain grâce à diverses mesures, dont une augmentation des impôts des entreprises et des particuliers gagnant plus de 85 000 $ par année.

En présentant leur plan mardi après-midi à Montréal, les candidats du parti Amir Khadir (Mercier), Andrés Fontecilla (Laurier-Dorion) et Jean Trudelle (Rosemont) ont expliqué qu'un gouvernement de Québec solidaire miserait sur de nouveaux revenus, une lutte accrue au gaspillage dans la fonction publique et un changement de vocation du Fonds des générations pour atteindre le déficit zéro.

Mais c'est surtout leur promesse d'augmenter les impôts qui a retenu l'attention des médias.

« Il faut, je pense, se réconcilier avec l'impôt, a soutenu Amir Khadir. L'impôt est une bonne chose quand c'est un juste impôt, bien réparti. Si les gens n'aiment pas les impôts aujourd'hui, c'est que c'est mal réparti. C'est essentiellement la classe moyenne qui soutient. Nous, on veut donner un répit à la classe moyenne. Tous les gens qui ont des revenus bruts en bas de 85 000 $ ne seront non seulement pas touchés par des hausses, mais vont bénéficier d'une baisse de leurs impôts. »

Les solidaires évaluent que l'augmentation des impôts des entreprises et des particuliers les plus riches permettrait à l'État d'engranger 4 milliards de dollars de plus par année.

Plus de revenus, plus de dépenses

Pour atteindre l'équilibre, le parti de gauche, qui comptait deux députés à l'Assemblée nationale lors de la dernière législature, promet en outre de mettre sur pied une société d'État pour centraliser l'achat des médicaments génériques (Pharma-Québec), d'instaurer l'utilisation des logiciels libres de droit dans la fonction publique et de mettre fin aux partenariats public-privé (PPP), ce qui, selon lui, ferait économiser des sommes considérables au gouvernement du Québec.

Il propose aussi de ralentir le remboursement de la dette en transformant le Fonds des générations en Fonds de stabilisation des finances publiques.

Quant aux nouvelles dépenses, près du quart d'entre elles seraient consacrées à l'instauration d'un revenu minimum garanti. Un gouvernement solidaire investirait également de manière massive pour sortir le Québec de sa dépendance au pétrole, créer un réseau de CLSC ouverts en tout temps, instaurer la gratuité scolaire, réduire différents tarifs, éliminer la taxe santé et construire 50 000 nouveaux logements sociaux.

PLUS:rc