NOUVELLES

Les agents pénitentiaires en grève depuis 9 jours dans 158 prisons de Sao Paulo

18/03/2014 04:09 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

Le personnel pénitentiaire de l'Etat de Sao Paulo est en grève depuis neuf jours pour réclamer de meilleurs salaires, un mouvement qui compte 95% d'adhésion dans les prisons de l'Etat, d'après son syndicat mardi.

"La grève est considérée comme la plus importante ayant jamais eu lieu", indique un communiqué du syndicat des agents pénitentiaires de Sao Paulo, qui assure que le personnel de 150 prisons (d'un total de 158) a adhéré au mouvement.

Outre leurs revendications salariales, les grévistes se plaignent des conditions de travail et du surpeuplement des prisons. Ils affirment tenter de négocier en vain depuis plus d'un an.

Le syndicat et les autorités de l'Etat de Sao Paulo se sont réunis le 11 mars sans pouvoir s'entendre. Depuis, "la grève se poursuit pour une durée illimitée", ajoute le texte.

La presse locale indiquait de son côté que les grévistes empêchent l'entrée et la sortie de véhicules dans certaines prisons, ainsi que celles des avocats des détenus.

Certains commissariats de police qui fonctionnent comme des centres provisoires de détention sont surpeuplés, comme celui de Bom Retiro, dans le centre de Sao Paulo, qui abrite 140 détenus alors que sa capacité est de 25 places.

Cette situation se reproduit dans d'autres commissariats et prisons de l'Etat. Par ailleurs, plusieurs procès ont été suspendus faute de personnel suffisant pour escorter les détenus jusqu'aux tribunaux.

La justice a ordonné au personnel pénitentiaire de reprendre le travail, mais le syndicat, qui encourt des amendes en cas de refus, affirme ne pas avoir été prévenu officiellement.

L'Etat de Sao Paulo abrite 158 prisons qui dépendent du Secrétariat d'administration pénitentiaire (SAP). Un autre groupe de prisons, plus petit, dépend du Secrétariat de sécurité publique et n'est pas concerné par la grève.

Dans les prisons de la SAP à Sao Paulo, près de 210.000 prisonniers sont recensés, pour un total de 213.800 dans l'ensemble de l'Etat, le plus peuplé du Brésil.

Au Brésil, on recense 548.000 détenus et un déficit de 207.000 places dans les prisons, selon des données d'ONG locales.

nr/cdo/ag/jeb

PLUS:hp