NOUVELLES

Le pétrole bondit à New York, dopé par une annonce sur un oléoduc américain

18/03/2014 03:45 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

Les prix du pétrole ont terminé en nette hausse mardi à New York, dopés par l'annonce du doublement de la capacité d'un oléoduc aux Etats-Unis dès la fin du premier semestre, une bonne nouvelle pour le désengorgement de l'offre dans le pays.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril a grimpé de 1,62 dollar, à 99,70 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

En légère hausse à l'ouverture, les prix du pétrole ont accéléré leur progression après l'annonce d'un doublement de la capacité de l'oléoduc Seaway, qui avait été remis en route en janvier 2013 après des travaux.

Le groupe énergétique américain "Enterprise Products Partners a fait état dans la matinée (lors d'une réunion d'information avec des analystes, ndlr) de son intention de doubler la capacité de l'oléoduc Seaway jusqu'à 850.000 barils par jour fin mai ou début juin", a précisé Bob Yawger de Mizuho Securities.

Tout comme la partie sud de l'oléoduc Keystone, le Seaway achemine des réserves d'or noir de Cushing, le principal terminal pétrolier des Etats-Unis, vers des raffineries du golfe du Mexique.

Le doublement de sa capacité permet ainsi d'accélérer la décongestion de cette infrastructure clef pour le marché du pétrole aux Etats-Unis. Les stocks de Cushing, qui servent de référence au WTI, ont gonflé à des niveaux record l'an dernier, pesant sur les cours du pétrole américain, en raison de problèmes logistiques.

D'autre part, "le marché a bénéficié d'un rebond technique après avoir nettement chuté" sous le seuil des 100 dollars, "avant la parution des chiffres hebdomadaires américains sur les stocks" mercredi, a ajouté Bill Baruch de iiTrader.

Les cours ont aussi monté dans le sillage du marché des actions après un discours jugé rassurant du président russe Vladimir Poutine, a noté Phil Flynn de Price Futures Group.

"Les opérateurs se réjouissent que M. Poutine annonce vouloir s'en tenir à l'invasion de la Crimée, ce qui fait un peu baisser les craintes de perturbation du marché pétrolier", a-t-il estimé.

Le président russe, qui a signé mardi un traité sur le rattachement de la Crimée à la Russie, a aussi assuré que Moscou ne cherchait pas à intégrer à la Russie d'autres régions d'Ukraine.

ppa/sl/sam

PLUS:hp