NOUVELLES

Le mot tabou pour MacKinnon

18/03/2014 01:33 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

Pas besoin d'être un grand analyste du hockey pour comprendre que Nathan MacKinnon remportera vraisemblablement le trophée Calder cette saison.

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

En fait, il semble qu'il n'y ait que MacKinnon lui-même qui ne soit pas prêt à l'admettre.

« C'est délicat, je ne regarde pas vraiment ça, a dit l'attaquant de l'Avalanche du Colorado (44-19-5), mardi, après l'entraînement matinal en vue du duel contre le Canadien (37-27-5). Je ne crois pas avoir le trophée en poche. Je ne sais pas, je crois que c'est serré. Je n'y pense pas, je suis juste content de jouer ce soir et on connaît une bonne saison. »

Pour ses coéquipiers, le mot « Calder » ne semble toutefois pas tabou.

« Il est aussi bon que ce qu'on attendait. Il connaît toute une saison et il semble s'être assuré de gagner le Calder », croit l'attaquant Matt Duchene.

« C'est le premier candidat pour le Calder », ajoute un autre attaquant, Maxime Talbot.

Après 68 matchs, MacKinnon trône au 1er rang des recrues de la Ligue nationale avec 22 buts et 30 passes pour 52 points, 6 de plus que son plus proche poursuivant, l'étonnant Ondrej Palat, du Lightning de Tampa Bay. MacKinnon affiche aussi un différentiel de +19, quoique le +28 de Palat n'est pas vilain du tout.

Mais MacKinnon accomplit tout ça en tant que joueur de 18 ans. Or, les joueurs choisis recrue de l'année à la première année de l'âge adulte sont des exceptions. Jeff Skinner (2011) est le seul à y être parvenu depuis... Tom Barrasso en 1984! On peut toutefois avancer que Sidney Crosby, avec ses 102 points en 2005-2006, l'aurait emporté à peu près à tout moment, sauf cette saison-là, en raison d'un certain Alexander Ovechkin.

Vus par Talbot

Parlant de Crosby... les comparaisons entre MacKinnon et le numéro 87 sont fréquentes, et pas seulement parce qu'elles viennent de la même bourgade néo-écossaise, Cole Harbour.

Talbot a eu la chance de voir Crosby faire ses premiers pas dans la LNH, et revit aujourd'hui l'expérience avec MacKinnon.

« Tu vois des similitudes. Ce sont deux premiers choix, des joueurs de 18 ans qui ont dominé à leur première année. Par contre, à la première saison de Crosby à Pittsburgh, on n'avait pas participé aux séries. MacKinnon a la chance d'arriver dans une équipe qui a pris son envol. L'expérience des séries va le faire grandir très vite. »

Selon Talbot, ce sont aussi deux joueurs qui ne se contentent pas de leurs simples habiletés.

« Tu as besoin de l'attitude pour connaître du succès, car le talent est là, dit le Québécois. Mais les habiletés viennent avec le travail, ça va aux jeunes qui travaillent fort, qui mangent du hockey. Nate s'amuse sur la glace, c'est un des premiers embarqués et des derniers débarqués. »

Malgré cette attitude irréprochable, il lui arrive parfois d'être trahi par son âge. Rien d'anormal quand on pense que c'est un adolescent qui évolue dans un monde d'adultes...

« Parfois, il devient un peu émotif au banc, mais ça montre qu'il a la cause à cœur, raconte son coéquipier Paul Stastny. Parfois, il devient très frustré en raison d'un seul jeu, donc je dois lui rappeler qu'un match, c'est long et qu'il doit se concentrer sur sa prochaine présence. »

Si Patrick Roy a été le principal sujet de discussion avant le duel Avalanche-Canadien, les conversations pourraient bien plus tourner autour de MacKinnon pendant le match...

À noter

  • Roy ne s'est pas adressé aux médias mardi matin, mais un relationniste de l'équipe a indiqué que Stastny (dos), dont la présence était incertaine, affrontera le Canadien.

Trios

  • McGinn-Duchene-O'Reilly
  • Landeskog-Stastny-MacKinnon
  • Talbot-Mitchell-McLeod
  • Bordeleau-Malone-Cliche

Défenseurs

  • Hejda-Johnson
  • Holden-Barrie
  • Benoit-Guenin

PLUS:rc