NOUVELLES

La Moldavie inquiète d'une répétition du scénario ukrainien avec la Transdniestrie (président)

18/03/2014 11:29 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

Le président de la Moldavie Nicolae Timofti a exprimé mardi son inquiétude concernant une éventuelle répétition du scénario ukrainien dans l'ex-république soviétique dotée elle aussi d'une région séparatiste pro-russe, la Transdniestrie.

"Il y a beaucoup de choses en commun entre les événements en Crimée et la situation en Transdniestrie", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse.

Etat à majorité roumanophone, la Moldavie a néanmoins une partie orientale dominée par des minorités russe et ukrainienne, la Transdniestrie. Cette région avait fait sécession, avec le soutien de Moscou, à l'issue d'une guerre en 1992, un an après la chute de l'URSS, mais son indépendance n'a été reconnue par aucun pays.

La Russie maintient depuis des soldats dans la région, contre la volonté du gouvernement moldave, et malgré l'engagement pris en 1999 de les retirer.

"Nous avons des informations selon lesquelles des choses précises sont entreprises pour déstabiliser la situation", a affirmé M. Timofti.

Il a indiqué que le porte-parole du Parlement de Transdniestrie s'était adressé à Moscou pour demander, à l'instar de la Crimée, un rattachement à la Russie.

"De tels actes sont contre-productifs, ils ne font du bien à personne, ni à la Moldavie, ni à la Russie. Si la Russie faisait une telle chose, ce serait une erreur", a-t-il estimé, ajoutant que son pays ne reconnaissait pas le référendum qui s'est déroulé en Crimée et a plébiscité un rattachement à la Russie.

"Nous soutenons l'unité, la souveraineté et l'intégralité territoriale de l'Ukraine dans ses frontières reconnues internationalement", a insisté le président.

"Toute décision prise en se basant sur les résultats de ce référendum est illégale et est une violation grossière des principes du droit international", a-t-il ajouté.

Le président russe a signé mardi un traité sur le rattachement de la Crimée à la Russie, prenant effet immédiatement, qui a aussitôt été dénoncé par Kiev et les Occidentaux.

Contrairement à l'ex-régime ukrainien de Viktor Ianoukovitch, la Moldavie a signé en fin 2013 un accord d'association avec l'Union européenne.

ag-edy/nm/abk

PLUS:hp