NOUVELLES

France: une banque dévalisée en creusant un tunnel

18/03/2014 03:58 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

A la façon d'un "gang des égoutiers", des cambrioleurs ont dévalisé une agence bancaire dans le sud de la France, en accédant à la salle des coffres par un tunnel creusé à partir d'une canalisation, a-t-on appris mardi auprès des gendarmes et du parquet.

"Les malfaiteurs ont pénétré dans la salle des coffres située en sous-sol, en passant par un tunnel qu'ils avaient creusé sous terre dans le prolongement d'une canalisation d'évacuation des eaux", a indiqué à l'AFP le procureur à Toulouse (sud-ouest), Michel Valet, après ce cambriolage survenu au cours du weekend dans la commune de Bessières.

Un cambriolage commis à la manière du "casse du siècle" perpétré à Nice (sud-est) il y a 38 ans. Pendant un weekend de l'été 1976, le "gang des égoutiers" - du malfaiteur Albert Spaggiari et de ses complices - avaient dévalisé la Société générale après avoir creusé un tunnel depuis les égouts jusqu'à la salle des coffres...

A Bessières (3.000 habitants), l'alerte n'a été donnée que mardi en fin de matinée à la réouverture de l'agence Crédit agricole, fermée depuis le samedi. Les responsables ont alors constaté que la salle des coffres avait été visitée, selon le parquet.

Mais les forces de l'ordre étaient de toute façon bien occupées ces deux derniers jours, la commune de Bessières ayant déjà été le théâtre, dans la nuit de samedi à dimanche, d'un incendie volontaire ayant détruit un central téléphonique et privé des milliers d'abonnés de communications téléphoniques et internet.

Un autre central téléphonique avait été incendié presque simultanément non loin de là et des inscriptions au nom du "Comité régional d'action viticole" avaient été trouvées sur les lieux de ces attentats.

"On ne sait pas si un lien peut être fait entre ces affaires", a simplement commenté un officier de la gendarmerie, au tout début de l'enquête. "On est en droit de se poser très sérieusement la question", a déclaré de son côté le procureur, du fait de la concomitance des trois faits.

Mardi, des spécialistes en spéléologie de la gendarmerie ont été chargés d'explorer la galerie creusée par les cambrioleurs tandis que des techniciens d'identification criminelle prélevaient le moindre indice.

Le montant du butin qu'ils ont emporté n'a pas été communiqué. Selon le parquet, il était nécessaire de connaître précisément le contenu de chacun des coffres qui ont été vidés avant de pouvoir évaluer le préjudice.

En 1976, le "gang des égoutiers" était, lui, reparti avec un butin évalué à 50 millions de francs, qui équivaudraient à 31 millions d'euros aujourd'hui.

lbx/blb/jeb

PLUS:hp