NOUVELLES

Ecosse : Après l'autonomie, l'indépendance?

18/03/2014 06:05 EDT | Actualisé 18/05/2014 05:12 EDT

Unie à l'Angleterre en 1707, confrontée aujourd'hui au choix de l'indépendance, l'Ecosse dispose déjà depuis 1997 d'une autonomie relativement large au sein du Royaume-Uni dont elle est l'une des quatre nations constitutives.

Elle possède un Parlement, l'assemblée de Holyrood, et un gouvernement dévolu, dont l'actuel Premier ministre, Alex Salmond, milite avec force pour l'indépendance de l'Ecosse.

Le Parlement, qui compte 129 députés élus à la proportionnelle, a siégé pour la première fois en 1999. Il détient une partie des pouvoirs législatifs qui relevaient auparavant du Parlement britannique, et contrôle certaines questions de politique intérieure.

Il possède ainsi des compétences en matière d'éducation, de santé, de logement, d'environnement, de justice et de transports.

Mais les questions de défense et de politique étrangère continuent à relever de Londres.

Branche exécutive du Parlement, le gouvernement est dirigé depuis 2007 par Alex Salmond, qui est à la tête du Parti national écossais (SNP).

Il estime que l'autonomie dont dispose l'Ecosse depuis 1997 ne doit être qu'une étape vers l'indépendance.

La tenue d'un référendum sur l'indépendance de l'Écosse en 2014 a été entérinée lors de l'accord d'Edimbourg, signé le 15 octobre 2012 par Alex Salmond et le Premier ministre britannique David Cameron.

Si le "oui" à l'indépendance reste aujourd'hui à la traîne dans les sondages, l'Ecosse avait massivement voté en faveur du rapatriement d'une partie de ses affaires politiques lors du référendum de septembre 1997.

Cette consultation avait eu lieu quelques mois après l'arrivée au pouvoir en Grande-Bretagne du Premier ministre travailliste Tony Blair, qui avait promis de conférer davantage d'autonomie à l'Ecosse mais aussi au Pays de Galles.

En 1979, un premier référendum avait rejeté la création d'un Parlement écossais.

Son émergence avait ensuite été freinée pendant près de vingt ans par les gouvernements conservateurs successifs à Londres, tous vent debout contre les velléités d'indépendance écossaise, à l'image de Margaret Thatcher.

jk/abk

PLUS:hp