NOUVELLES

Ventes d'armes : la baisse des crédits de défense renforce la concurrence à l'exportation

17/03/2014 01:31 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

La baisse des crédits de défense aux États-Unis et en Europe renforce la concurrence entre les pays exportateurs d'armements, qui défendent leurs intérêts industriels au détriment des contrôles internationaux, selon des experts réunis lundi à Paris.

Avec 29% du total des exportations en 2013, les États-Unis dominent déjà le marché mondial de l'armement. Mais les coupes drastiques dans les budgets américains de défense obligent les industriels du secteur à trouver encore de nouveaux marchés à l'étranger.

"On constate beaucoup plus d'agressivité des autorités et des firmes américaines à l'exportation", relève Aude-Emmanuelle Fleurant, de l'Institut de recherche stratégique de l'École militaire à Paris (Irsem). On assiste à une convergence entre les intérêts stratégiques du gouvernement américain et ceux des grandes firmes de l'armement, "qui après le rétrécissement du marché américain vont voir ailleurs".

Washington a entrepris de réformer ses règles d'exportation. Officiellement, il s'agit de "contrôler moins pour contrôler mieux". Mais si le pays qui avait les règles d'exportation parmi les plus strictes les assouplit, cela risque de provoquer "un phénomène d'entraînement", souligne Mme Fleurant. Les États-Unis donnent historiquement la tendance sur le marché mondial de l'armement.

Derrière eux, les pays européens exportateurs ont également renforcé leur soutien à leur industrie de défense. Troisième exportateur mondial, derrière les États-Unis et la Russie, mais devant la Chine et la France, selon le classement 2013 diffusé lundi à Paris par l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri), l'Allemagne a en particulier musclé sa stratégie et développé ses ventes vers l'Asie et le Proche-orient.

Les occidentaux sont en effet confrontés sur leurs marchés traditionnels à une offensive de la Russie et à la montée en puissance de la Chine.

Pékin exporte "quasiment à perte"

La réorganisation par Vladimir Poutine du secteur de l'armement a permis à la Russie de se maintenir au 2e rang des exportateurs, avec 27% du marché mondial, notamment grâce au secteur des avions (le Sukhoi 30) et des hélicoptères de combat. Longtemps fournisseur attitré de l'armée chinoise, Moscou a modernisé ses méthodes et diversifié ses débouchés, en particulier en direction de l'Inde, pays vers lequel sont allées 38% de ses exportations d'armements entre 2008 et 2013. "La Russie n'a pas hésité à équiper ses avions de combat de matériels occidentaux, notamment français, pour ses exportations", note Louis-Marie Clouet, spécialiste de relations internationales.

Comme ses partenaires occidentaux, Moscou doit faire face à la poussée de la Chine, dont la part du marché mondial des exportations est passée selon le Sipri de 2% à 6% en dix ans.

Une concurrence d'autant plus rude que les entreprises chinoises adossées à leur énorme marché intérieur "n'ont pas besoin de vendre pour vivre" et "peuvent se permettre d'exporter quasiment à perte", selon Emmanuel Puig, qui dirige l'Observatoire stratégique de la Chine à l'Asia centre, pour le ministère français de la défense. Une stratégie qui permet à la Chine de s'implanter dans le domaine militaire, mais aussi de la sécurité civile, sur des marchés autrefois verrouillés par la Russie, en Asie du sud-est, en Amérique du sud ou en Afrique.

Dans un contexte plus concurrentiel que jamais, la conquête de marchés à l'exportation est donc essentielle pour préserver les industries de défense. Pour Emma Soubrier de l'Irsem, "l'agressivité stratégique" dont font preuve les États-unis au Proche-orient traduit "la nécessité presque existentielle pour certains complexes militaro-industriels d'exporter dans la région".

Une obligation qui pour Aude-Emmanuelle Fleurant se traduit par "un sentiment d'affaiblissement des régimes de contrôle internationaux" des ventes d'armes. Un "relâchement" qui devrait déboucher dans les années qui viennent sur une augmentation des exportations de matériels de guerre dans le monde.

dch/rh/nou/ai

PLUS:hp