NOUVELLES

Turquie: Un premier procès des chefs présumés de la fronde de l'été s'ouvrira en juin

17/03/2014 07:19 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

Le procès de 26 personnes, accusées d'être les instigateurs de la vague de manifestations qui ont secoué le gouvernement islamo-conservateur turc l'été dernier, s'ouvrira le 12 juin à Istanbul, un an après les faits, rapporte lundi l'agence Dogan.

Les accusés, parmi lesquels les secrétaires généraux de la chambre des architectes Mucella Yapici et de la chambre des médecins d'Istanbul Ali Cerkezoglu, devront répondre devant une cour d'assises d'accusations d'avoir créé une "organisation criminelle", enfreint les lois sur les manifestations et résisté à des officiers de police notamment, des peines passibles de jusqu'à 29 ans de prison, précise l'agence.

Il s'agira du premier procès concernant les événements qui ont secoué pendant trois semaine en juin toute la Turquie.

Un premier acte d'accusation contre les suspects avait été annulé par des juges pour manque de précisons.

Plus de 300 personnes accusées d'avoir manifesté en juin ont déjà été renvoyées devant des tribunaux stambouliotes, dont 36 pour des faits de "terrorisme".

Le mouvement de contestation qui a visé le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a débuté par la mobilisation d'une poignée de militants écologistes hostiles à la destruction annoncée du parc Gezi, un jardin public qui surplombe la fameuse place Taksim d'Istanbul.

Leur évacuation musclée a dégénéré en une vague de manifestations réclamant dans tout le pays la démission de M. Erdogan, accusé de dérive autoritaire et de vouloir "islamiser" la société turque.

La répression de cette fronde, qui a mobilisé 2,5 millions de personnes, selon la police, a fait au moins huit morts, plus de 8.000 blessés et des milliers d'arrestations.

BA/ia

PLUS:hp