NOUVELLES

Référendum controversé en Crimée : Washington impose des sanctions

17/03/2014 12:01 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

Comme l'a fait l'Europe avant eux, les États-Unis ont imposé un gel des avoirs financiers et une interdiction de voyage pour 11 hauts responsables ukrainiens et russes impliqués dans le processus de sécession de la Crimée.

Cette volée de sanctions américaines annoncée par le président américain Barack Obama ne vise pas que des membres de l'ancien régime ukrainien. Des politiciens russes, dont le vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine et des députés de la Douma, sont dans la mire de Washington.

Le premier ministre prorusse de Crimée, Sergueï Axionov, l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch et deux proches collaborateurs du chef du Kremlin, Vladislav Sourkov et Sergueï Glaziev, figurent aussi sur la liste des personnalités sanctionnées.

La Maison-Blanche a laissé savoir lundi que Moscou s'expose à d'autres sanctions en cas d'annexion de la Crimée.

En conférence de presse à Washington, le président Obama a déclaré que l'intervention militaire russe en Crimée ne peut conduire qu'à l'isolement diplomatique et économique de la Russie. Selon lui, ces conséquences ne feront qu'aggraver les problèmes économiques de la Russie.

Barack Obama, dont l'administration a rejeté dimanche les résultats du référendum sur le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie a prévenu du même souffle que la communauté internationale demeurera solidaire et continuera de rejeter « toutes les violations de la souveraineté de l'Ukraine et de son intégrité territoriale ».

L'Union européenne sanctionne 21 responsables russes et ukrainiens

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont quant a eux annoncé lundi l'imposition de sanctions contre 21 responsables ukrainiens et russes.

Ces sanctions comprennent des interdictions de voyage dans les pays de l'UE et le gel des avoirs financiers des personnes visées par les sanctions.

D'autres mesures seront adoptées au cours des prochains jours, a déclaré à Reuters le ministre lituanien des Affaires étrangères.

L'Union européenne enverra le message le plus fort possible à la Russie en lui imposant des sanctions, a prévenu lundi la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

PLUS:rc