POLITIQUE

Le PLQ promet 150 M$ par an pour aider les aînés (VIDÉO)

17/03/2014 08:44 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

LAVAL, Qc - Le Parti libéral du Québec (PLQ) compte bonifier de plus de 310 millions $ sur cinq ans les soins destinés aux aînés en faisant le pari de récupérer cette somme en réduisant la bureaucratie dans le réseau de la santé même si cette promesse a déjà été faite la semaine dernière.

Au 13e jour de la campagne électorale, à Laval, Philippe Couillard a dévoilé lundi une série de mesures réparties sur cinq ans dont le montant totalise 825 millions $, afin notamment de bonifier l'offre de soins à domicile.

Puisque les mesures annoncées représentent actuellement 515 millions $ dans le budget, le chef libéral veut aller chercher le manque à gagner en révisant entre autres le mode de financement au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux.

L'argent serait ainsi octroyé aux établissements concernés en échange d'une preuve que les soins ont bel et bien été fournis.

M. Couillard a également dans sa mire la bureaucratie administrative, puisqu'il désire réaliser des «gains d'efficacité» d'au moins 60 millions $ par année pendant cinq ans afin de récupérer 300 millions $.

«C'est très réaliste d'aller chercher cela grâce à de la réaffectation budgétaire ou en réduisant la bureaucratie, a-t-il dit. On vise une réduction de 10 pour cent à tous les étages du système de santé.»

La semaine dernière, à Trois-Rivières, le chef libéral affirmait pourtant que les économies réalisées dans la bureaucratie allaient servir à financer des mesures — comme l'ajout de «superinfirmières» — afin de désengorger l'attente dans le système de santé.

Selon M. Couillard, les mesures proposées par son parti sont bien différentes de celles figurant dans le projet d'assurance autonomie du Parti québécois (PQ), qui ne propose qu'une «nouvelle bureaucratie».

Ce dernier a également annoncé son intention d'octroyer 5 millions $ par année de plus pendant cinq ans aux centres de santé et de service sociaux. Ce montant sera destiné aux proches aidants.

Le chef libéral promet aussi la création d'un programme de prêts destiné aux propriétaires de 60 ans et plus qui devrait leur permettre d'assumer plus facilement la facture des taxes foncières et scolaires qui grimpe continuellement.

Le revenu du ménage admissible ne devra toutefois pas dépasser 70 000 $ par année, prévoit la mesure du PLQ.

Un crédit d'impôt remboursable de 20 pour cent, jusqu'à concurrence de 200 $, pour les activités physiques, artistiques et culturelles figure également parmi les mesures dévoilées. Les personnes âgées de plus de 60 ans dont le salaire annuel est inférieur à 40 000 $ sont visées par cette mesure.

S'ils forment le prochain gouvernement, les libéraux reverront également tous les crédits d'impôt destinés aux proches aidants pour tenter de n'en faire qu'un en plus d'augmenter sa portée.

Nuances caquistes

Philippe Couillard est par ailleurs revenu sur ses propos de la veille lorsqu'il avait laissé entendre que la position du PLQ sur l'enjeu constitutionnel était la même que celle de la Coalition avenir Québec (CAQ), qui n'aborde à peu près jamais ce dossier.

«Sur la question temporelle, les deux, on dit que ce n'est pas la priorité. Cependant, à ce que je sache, M. (François) Legault n'a pas de position sur la question du Québec. Je ne l'ai jamais entendu se prononcer de façon ferme. Il est assis sur la clôture et regarde d'un côté ou de l'autre», a-t-il dit.

Le chef du PLQ a rappelé que, contrairement aux caquistes, les libéraux estiment que la meilleure solution pour le Québec était l'appartenance à la fédération canadienne.

«M. Legault n'est pas capable de vous dire ce qu'il veut, a souligné M. Couillard. Je pense que les fédéralistes avec lui le découvrent de plus en plus.»

M. Couillard a terminé la journée de lundi en participant à un rassemblement partisan à Piedmont, dans les Laurentides, où la première année de son élection à la tête du PLQ a notamment été soulignée à l'occasion d'un discours.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pancartes détournées de la campagne électorale