POLITIQUE

Chasse aux phoques: Ottawa juge l'embargo européen immoral

17/03/2014 01:34 EDT | Actualisé 16/05/2014 05:12 EDT
Getty
HELGOLAND, GERMANY - AUGUST 04: Atlantic grey seals (Halichoerus grypus - in German: Kegelrobben) bask in hot weather on a sunny day on the south beach of Duene Island on August 4, 2013 near Helgoland, Germany. Duene Island was once an extension of neighboring Heligoland Island until a storm in 1721 severed the connection. Heligoland Island, in German called Helgoland, lies in the North Sea and until World War II was a popular tourist destination. During the war it became strategically vital and all overground structures were obliterated by massive Allied bombing. Today the island has a population of about 1,200 and is again a popular tourist destination known for its abundant wildlife. (Photo by Sean Gallup/Getty Images)

Les chasseurs de phoque devraient avoir les mêmes droits que les pêcheurs et les fermiers, selon la ministre canadienne de l'Environnement, Leona Aglukkaq, qui était à Genève pour une procédure d'appel auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

L'OMC avait donné raison à l'Union européenne en 2013, qui impose depuis 2010 un embargo sur les produits dérivés du phoque pour des raisons éthiques. La chasse aux phoques serait, selon plusieurs pays européens, cruelle. Le Canada et la Norvège avaient contesté cette décision en appel.

« Nous avons été victimes de campagnes de désinformation et de mensonges menées par des groupes d'activistes qui font de l'argent en collectant des fonds, à l'occasion de campagnes récurrentes sur les bébés phoques », a déploré la ministre.

Selon elle, l'embargo européen a causé une augmentation de la population de phoques, ce qui diminue la proportion de poissons dans les eaux canadiennes.

Selon le Canada, la chasse aux phoques se fait de façon contrôlée et elle est « pratiquée sans cruauté ».

Colère chez les chasseurs

La décision de l'OMC avait soulevé l'ire de plusieurs Canadiens qui travaillent dans cette industrie. « On pourrait décider que le Canada ne trouve pas éthique de gaver les oies et interdire le foie gras! », avait lancé le président de l'Association des chasseurs de phoques, Denis Longuépée au journal Le Monde.

D'ailleurs, bien que les Inuits bénéficient d'une exception dans le règlement de l'Union européenne, cet embargo semble avoir ralenti leurs activités dans le marché international. L'avocate inuite Tapiriit Kanatami avait qualifié la décision de l'OMC comme étant « immorale et inhumaine ».

La chasse aux phoques est pratiquée par environ 6000 Canadiens, principalement à Terre-Neuve-et-Labrador et aux Îles-de-la-Madelaine. Selon Ottawa, il y a actuellement 7,3 millions de phoques du Groenland, l'espèce la plus chassée. Sa population aurait triplé depuis 1970. Quant aux phoques gris, il y en aurait 400 000. C'est 80 fois plus que dans les années 60.

Le quota canadien est de 400 000 phoques en 2014. L'année dernière, avec un quota semblable, les chasseurs canadiens n'avaient abattu que 70 000 animaux.

La chasse aux phoques a retenu beaucoup l'attention dans les dernières années puisque plusieurs vedettes ont dénoncé cette pratique. La comédienne Pamela Anderson avait d'ailleurs visité le Canada en décembre dernier pour encourager les populations locales à cesser la chasse aux phoques. Le chanteur Paul McCartney et l'actrice française Brigitte Bardot avaient fait de même auparavant.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 100 espèces les plus menacées dans le monde