NOUVELLES

Boeing disparu: un navire américain se retire des efforts de recherche

17/03/2014 06:49 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:12 EDT

Un navire américain qui avait été envoyé dans l'Océan indien pour participer aux recherches internationales du Boeing de Malaysia Airlines disparu il y a neuf jours va quitter la mission, ont annoncé lundi des responsables du Pentagone.

Cette décision a été prise car la zone de recherche est à présent devenue si large qu'il est plus efficace de tenter de retrouver l'appareil en ayant recours à des avions de surveillance, ont précisé ces responsables.

Le destroyer américain USS Kidd avait rallié les intenses efforts de recherche du Boeing 777 la semaine dernière. A la demande de la Malaisie, le navire avait concentré ses recherches plus à l'ouest, vers la mer d'Andaman.

"Aucun débris ou épave associé à un avion n'a été retrouvé", selon le USS Kidd, qui possède un hélicoptère MH-60 à son bord. Le USS Kidd et un autre destroyer américain ont pris part aux recherches mais la Marine américaine a à présent décidé de ne conserver que ses avions de surveillance un P-8 Poseidon et un P-3 Orion, ont précisé ces responsables.

"Dans la mesure où les recherches ont été étendues au sud de l'Océan indien, des avions de patrouille à long rayon d'action tels que le P-8A Poseidon et le P-3C Orion sont plus adaptés à la mission actuelle", a indiqué dans un communiqué la Flotte américaine du Pacifique.

L'avion de Malaysia Airlines transportait 239 personnes et sa disparition depuis le 8 mars reste à l'heure actuelle un mystère. Les recherches se sont concentrées dans un premier temps en mer de Chine méridionale, à l'est de la Malaisie, le long de la route que devait emprunter le vol Kuala Lumpur-Pékin. La dernière position connue de l'avion était située sur cette route initiale.

Mais les enquêteurs sont désormais convaincus que l'appareil, dont les principaux systèmes de communication avec le monde extérieur ont été "délibérément" désactivés, a été détourné de sa trajectoire et a continué à voler pendant plusieurs heures. Les observations radio et satellites ont permis de tracer deux grands arcs de cercle --l'un allant du nord de la Malaisie à l'Asie centrale, l'autre au sud de l'océan Indien -- susceptibles de croiser la trajectoire de l'avion.

ddl/sam/rap

PLUS:hp