NOUVELLES

Moscou et Kiev s'accordent sur une trêve en Crimée

16/03/2014 02:43 EDT | Actualisé 16/05/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche matin en Crimée, à l'occasion du référendum sur l'annexion de la péninsule ukrainienne à la Russie, organisé par les autorités locales prorusses.

Un million et demi de personnes étaient attendues aux urnes. Les habitants de Crimée, une péninsule du sud de l'Ukraine, doivent choisir entre l'intégration à la Russie et une plus grande autonomie au sein de l'Ukraine.

Le vote a débuté comme prévu à 8h. Malgré la controverse entourant le référendum, jugé illégitime par l'Occident, les électeurs étaient nombreux aux bureaux de scrutin. À quatre heures de la clôture de la fermeture des bureaux de vote, les autorités séparatistes annonçaient une participation record de 64 %.

C'était le cas du moins dans les régions russophones de la péninsule, comme dans certains quartiers de Simféropol où des Ukrainiens ont été interrogés par Radio-Canada.

« C'est un jour important parce que nous votons pour la Russie. Nous sommes tous de la Crimée », a dit une Ukrainienne.

Le scénario était différent dans les quartiers à majorité tatare de la ville où les gens semblaient respecter la consigne de boycottage du scrutin.

« Je ne voterai pas parce que ce référendum n'est pas normal. Ils l'ont organisé en 15 jours ! », a dénoncé un citoyen.

Par ailleurs, l'AFP rapportait avoir constaté quelques irrégularités dans certains bureaux de vote. Des dizaines d'électeurs ont été vus en train de déposer leur bulletin dans les boîtes une demi-heure avant l'ouverture du vote. L'agence rapporte également que des journalistes se sont vus refuser l'accès à des bureaux de vote.

Forte présence militaire

Kiev et les Occidentaux ont déjà dénoncé le référendum, tout en se préparant déjà à la victoire du oui et à ses conséquences sur leurs relations avec Moscou.

Ce scrutin se déroule au moment où les troupes russes et des milices prorusses se font de plus en plus présentes en Crimée.

Le référendum organisé par les autorités locales prorusses doit entériner la prise de contrôle par la Russie de la péninsule ukrainienne début mars, une semaine après la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch et la mise en place d'un nouveau pouvoir, que le Kremlin refuse de reconnaître.

Les deux questions posées aux électeurs de la Crimée :

La Constitution de 1992, rapidement abolie par le jeune État ukrainien postsoviétique, affirmait pour la Crimée le droit de déterminer sa propre voie. L'option consistant à maintenir le statut existant - une république autonome intégrée à l'Ukraine - n'est pas proposée.

Les bureaux de vote ont ouvert à 8 h, heure locale (02 HE) et fermeront à 20 h (14 HE). Des résultats provisoires sont attendus dans la soirée et le décompte final devrait être annoncé un ou deux jours plus tard.

Avec des informations de Jean-François Bélanger, envoyé spécial en Ukraine

INOLTRE SU HUFFPOST

Tensions entre l'Ukraine et la Russie