NOUVELLES

Moscou et Kiev s'accordent sur une trêve en Crimée

16/03/2014 09:01 EDT | Actualisé 16/05/2014 05:12 EDT

Les ministres ukrainien et russe de la Défense ont convenu d'une trêve en Crimée jusqu'au 21 mars.

« Un accord a été conclu, a confirmé le ministre intérimaire ukrainien, Ihor Tenioukh. Aucune action militaire russe ne sera prise contre les forces ukrainiennes en Crimée durant cette période. »

Les bases ukrainiennes ne seront donc plus bloquées par des soldats russes ou prorusses et pourront être réapprovisionnées, selon l'accord.

L'annonce de cette trêve n'a pas empêché le nouveau premier ministre ukrainien de promettre que tous les meneurs séparatistes en Crimée seront pourchassés et traduits en justice.

« L'État ukrainien trouvera les meneurs du séparatisme et de la division qui, aujourd'hui sous la protection des troupes russes, essaient de détruire l'indépendance ukrainienne », a déclaré Arseni Iatseniouk lors d'une réunion du gouvernement intérimaire, selon une dépêche de l'agence Reuters.

De son côté, le président russe, Vladimir Poutine, s'est dit « inquiet de l'escalade des tensions » en Ukraine, au cours d'un entretien téléphonique avec la chancelière allemande, Angela Merkel.

Vladimir Poutine a également précisé que « la Russie respecterait le choix des habitants de Crimée », selon un communiqué du Kremlin.

Forte présence militaire

La Crimée se prononce, dimanche, sur son rattachement à la Russie, au moment où les troupes militaires russes se font de plus en plus nombreuses dans la péninsule ukrainienne.

La Russie aurait déployé jusqu'à 22 000 soldats en Crimée, selon une première déclaration du ministre de la Défense ukrainien, Ihor Tenioukh, rapportée par l'agence Reuters. La présence militaire russe en Crimée était de 18 500 soldats vendredi et de 12 500 avant le début de la crise.

Les mouvements de troupes russes en Crimée ont commencé officiellement le 1er mars lorsque Vladimir Poutine a obtenu l'autorisation de son parlement de déployer des troupes dans toute l'Ukraine.

Au début de la semaine dernière, une centaine de VTT blindés et des canons automoteurs russes ont été aperçus à une quinzaine de kilomètres de Sébastopol.

Vendredi, la marine russe a débarqué un contingent de soldats et de véhicules blindés dans la baie de Kazatchaïa, au sud-ouest de la base navale russe de Sébastopol.

Cette présence militaire viole l'accord russo-ukrainien qui régit le stationnement de la flotte russe de la mer Noire à Sébastopol et fixe à 12 500 le nombre de soldats que Moscou est autorisée à baser dans la péninsule, a ajouté Ihor Tenioukh.

Le gouvernement intérimaire ukrainien avait déclaré vouloir prendre les « mesures appropriées » face à ce qu'il a qualifié samedi « d'invasion militaire » de son territoire.

PLUS:rc