NOUVELLES

La disparition du vol MH370 va affaiblir Malaysia Airlines, déjà mal en point

16/03/2014 05:19 EDT | Actualisé 16/05/2014 05:12 EDT

La disparition du Boeing 777 de Malaysia Airlines porte un coup dur à la compagnie aérienne malaisienne, déjà mal en point: poursuites judiciaires, dédommagements et surtout, perte de confiance des voyageurs, risquent de lui coûter très cher.

Les autorités malaisiennes pensent désormais que l'avion a changé radicalement de cap et désactivé ses systèmes de communication de manière "délibérée, par quelqu'un dans l'avion" qui a continué de voler sept heures en évitant les radars civils.

Toute cette affaire "inquiète beaucoup les investisseurs", déclare à l'AFP Daniel Wong, analyste chez Hong Leong Investment Bank, en Malaisie. "Ils veulent savoir où ça a déraillé: est-ce lié à la sécurité de l'appareil, ou la sécurité des personnes à bord?".

Dans ce domaine, la compagnie jouissait jusqu'à présent d'un bilan favorable, avec très peu d'accidents.

Les indications recueillies par les enquêteurs et révélées samedi par le Premier ministre malaisien Najib Razak écartent l'hypothèse d'un accident mécanique lors du vol MH370 qui reliait Kuala Lumpur à Pékin samedi 8 mars, et qui s'est volatilisé sans laisser de trace.

Mais elles placent en revanche les pilotes --ainsi que le reste de l'équipage, et les passagers-- au centre de l'enquête.

La compagnie nationale, détenue à 70% par le fonds d'investissement de l'Etat malaisien Khazanah Nasional, a essuyé une perte de 1,17 milliard de ringgit (257 millions d'euros) en 2013. Son dernier bénéfice (237 millions de ringgits) date de 2010.

Les analystes expliquent la perte de compétitivité de la compagnie par une direction médiocre, l'interférence du gouvernement, un sureffectif et des syndicats surpuissants et rétifs aux changements.

- 'Les clients ont peur' -

L'affaire du vol MH370 ne va pas arranger les affaires de la compagnie, souligne Daniel Wong.

"L'impact financier se fera sentir longtemps. Il pourrait y avoir moins de gens prêts à voler sur Malaysian Airlines, ce qui obligera la compagnie à réduire le prix de ses billets pour attirer les clients", avance-t-il.

Interrogés par l'AFP, des agents de voyage ont indiqué que les voyageurs malaisiens se montraient déjà plus hésitants à commander des billets sur MAS.

"Bien sûr, il y a des clients qui ne veulent pas voler à bord d'avions MAS. Ils ont peur", déclare un agent, sous couvert de l'anonymat. "Même si elle propose les meilleurs tarifs, certains n'en veulent plus. Ils préfèrent payer plus cher".

MAS n'a pas souhaité donner d'indication sur ses ventes de billets depuis la disparition de l'avion l y a huit jours.

Les dépenses liées à la disparition du Boeing, ainsi que d'éventuels frais de justice et dédommagements affecteront les résultats de la compagnie, souligne Shukor Yusof, analyste chez Standard & Poors Capital IQ.

Pour le moment, MAS a donné 5.000 dollars US aux familles des personnes à bord, pour couvrir leurs frais immédiats dans l'attente de savoir où est passé l'avion.

La note s'alourdira fortement en cas de poursuites judiciaires par les proches.

Au-delà de l'affaire du vol MH370, MAS souffre depuis longtemps de graves problèmes structurels, note l'analyste. "Ils sont complètement en queue du peloton et ils ne survivent que grâce (au soutien de) Khazanah", le fonds malaisien étatique.

Les compensations financières éventuelles pourraient porter le coup fatal à la compagnie et convaincre l'Etat de vendre sa part, selon lui.

bjp/gh/fmp/pt

PLUS:hp