NOUVELLES

GP d'Australie: Rosberg offre sa 100e à Mercedes, Ricciardo et Magnussen brillent

16/03/2014 07:03 EDT | Actualisé 16/05/2014 05:12 EDT

Nico Rosberg a remporté le Grand Prix d'Australie et offert à Mercedes sa 100e victoire en Formule 1, dimanche à Melbourne, devant deux jeunes pilotes pleins de talent, Daniel Ricciardo (Red Bull) et Kevin Magnussen (McLaren).

Deux heures après l'arrivée, ce podium risquait d'être remis en cause, car une enquête a été ouverte sur le débit d'essence trop élevé du moteur de Ricciardo. "Le capteur du débimètre de la FIA ne fonctionnait pas", a expliqué à l'AFP le pilote de réserve Red Bull, le Suisse Sébastien Buemi.

Alors que les discussions continuaient entre Red Bull et les commissaires trois heures après l'arrivée, Buemi était persuadé que l'écurie quadruple championne du monde en titre pourrait éviter la disqualification de Ricciardo, invoquant la défaillance de cette pièce nouvelle, installée sur tous les moteurs à la demande de la FIA pour contrôler le débit de carburant, limité par le nouveau règlement.

C'est la 4e victoire de Rosberg en F1 et donc la 100e d'un moteur Mercedes dans le Championnat du monde de F1. L'écurie allemande était favorite de cette 1re manche de la saison 2014, car elle avait dominé les essais d'avant-saison.

Le pilote allemand a réussi un sans faute, ses mécanos et ingénieurs aussi, et la marque à l'étoile a envoyé, à sa manière, un joli message d'encouragement à Michael Schumacher, toujours plongé dans le coma à l'hôpital de Grenoble après son accident de ski.

Auteur d'un départ fantastique, depuis la deuxième ligne de la grille, Rosberg a bondi en tête et plus personne ne l'a revu. Il a terminé la course avec 24 secondes d'avance sur Ricciardo, après deux arrêts pour changer de pneus, et signé le meilleur tour à sa 19e boucle.

"J'avais une voiture incroyablement rapide aujourd'hui, c'était un plaisir de la piloter et j'ai hâte d'être aux prochaines courses, car elle est vraiment rapide", a réagi Rosberg. Mais il ne s'est pas emballé pour autant: "Notre fiabilité n'est pas encore à 100%, donc il y a encore beaucoup de travail à faire", a-t-il ajouté en évoquant son coéquipier Lewis Hamilton.

Le Britannique, champion du monde 2008, s'était élancé de la pole position mais a abandonné prématurément en raison d'un problème de cylindre dans son moteur V6 turbo hybride. Quelques minutes plus tard, c'est le quadruple champion du monde en titre Sebastian Vettel (Red Bull) qui était lui aussi contraint à l'abandon (problème moteur), alors qu'il était parti de la 12e place sur la grille après des essais ratés.

- Ricciardo brille devant son public -

Belle consolation pour Red Bull, Ricciardo, la recrue de l'hiver, est monté, à sa grande surprise, sur son premier podium en F1 à l'issue de son 51e Grand Prix, mais le tout premier dans une Red Bull.

"Si je regarde en arrière, où nous étions il y a trois semaines, il faut bien voir que nous n'avions encore jamais fait la distance d'une course jusqu'à aujourd'hui. Je n'étais donc pas confiant et je ne pensais pas voir le drapeau à damier, encore moins un podium", a dit le jeune Australien de 24 ans.

Après trois semaines d'essais hivernaux frustrants, des quantités de soucis et de nuits blanches, Red Bull et Renault ont bien commencé à redresser la barre, obtenant à la régulière un résultat inespéré en début de semaine.

Son compatriote et prédécesseur chez Red Bull, Mark Webber, n'avait jamais réussi à monter sur le podium de son GP national. Les Australiens en rêvaient, Ricciardo l'a fait, pour le plaisir de 100.500 spectateurs ravis, massés tout autour du circuit de l'Albert Park, en plein coeur de Melbourne.

- Magnussen fait sensation -

L'autre sensation du jour est venue de Magnussen, 21 ans, qui a pris le départ dimanche de son tout premier Grand Prix de F1, n'a fait aucune faute et a terminé sur les talons de Ricciardo, sur le podium.

Et comme Jenson Button, son coéquipier, a pris la 4e place de ce GP qu'il a remporté trois fois, McLaren a pris la tête du championnat constructeurs après cette manche d'ouverture, devant Mercedes-AMG et Red Bull Racing.

Quinze voitures -14 classées plus la Marussia de Jules Bianchi, à 8 tours- sur 22 au départ ont terminé cette course qui était la première d'une nouvelle ère en F1, avec de nouveaux moteurs V6 turbo hybrides de 1,6 l de cylindrée, plus économes en carburant et moins bruyants, à double récupération d'énergie, au freinage et à l'échappement. Contrairement à la victoire de Rosberg, c'était une surprise.

dlo/gv

PLUS:hp