NOUVELLES

Algérie: le Premier ministre appelle les habitants de Ghardaïa à "dépasser leurs dissensions"

16/03/2014 01:35 EDT | Actualisé 16/05/2014 05:12 EDT

Le premier ministre algérien par intérim, Youcef Yousfi, a appelé dimanche Arabes et Berbères de Ghardaïa, où les violences entre ces deux communautés ont fait trois morts, à "dépasser leurs dissensions", selon un député

"Il faut dépasser les dissensions. Il ne faut plus voir le passé mais regarder vers le présent et l'avenir. L'Etat prendra tout ses engagements en matière de sécurité et de développement économique", a déclaré M. Yousfi, dont les propos ont été rapportés à l'AFP par Bakir Kara Omar, un député mozabite du Rassemblement national démocratique (RND).

M. Yousfi, arrivé samedi dans la nuit à Ghardaïa, à 600km au sud d'Alger, après l'annonce de la mort de trois personnes, s'exprimait au siège de la wilaya (préfecture) où il a rencontré des représentants de la communauté mozabite (berbère), en présence du ministre de l'Intérieur, Tayeb Bélaïz.

Le Premier ministre par intérim, nommé jeudi dernier par le président Abdelaziz Bouteflika, devait ensuite recevoir des représentants des châambas (arabes) avant de réunir les représentants des deux communautés, a précisé M. Kara Omar.

Selon le député, les Mozabites ont notamment soulevé "le problème du foncier qui asphyxie la vallée du M'zab". La région est en effet confrontée à une lutte pour l'appropriation d'un espace urbain de plus en plus réduit sur fond de libéralisation économique et de forte urbanisation.

"Dans les jours qui viennent, les ministres concernés se déplaceront à Ghardaïa pour s'occuper de ces questions afin que vous ne vous préoccupiez que du développement économique de la région", a promis le Premier ministre durant cette rencontre d'une heure et demie.

"A Ghardaïa, il n'y a que des citoyens algériens égaux en droits et devoirs", a-t-il ajouté.

Ghardaïa, classée au patrimoine mondial de l'Unesco et chef-lieu de la province éponyme située aux portes du Sahara, voit cohabiter depuis des siècles les communautés mozabite et chaâmba, mais depuis plusieurs mois les tensions sont vives entre elles.

Entre décembre et février déjà des affrontements entre Chaâmbas et Mozabites avaient déjà fait quatre morts parmi les Mozabites et plus de 200 blessés.

amb-abh/cbo

PLUS:hp