NOUVELLES

Ukraine: des militants pro-russes attaquent le QG des services de sécurité à Donetsk

15/03/2014 01:52 EDT | Actualisé 15/05/2014 05:12 EDT

Des militants pro-russes ont attaqué samedi le siège des services spéciaux de Donetsk, bastion russophone de l'est de l'Ukraine, exigeant la remise en liberté de leur "gouverneur" autoproclamé et revendiquant le droit de voter pour le rattachement de la région à la Russie.

L'incident est intervenu trois semaines après la chute du président pro-russe Viktor Ianoukovitch, renversé par un mouvement de contestation à Kiev, et à la veille d'un référendum en Crimée sur le rattachement de cette péninsule ukrainienne à la Russie.

"Référendum, référendum", a scandé la foule d'au moins cinq mille personnes rassemblées sur la place Lénine, avant de se diriger vers le siège des services spéciaux SBU.

Deux jeunes ont grimpé au sommet de l'entrée du bâtiment pour enlever le drapeau ukrainien et le remplacer par les couleurs russes avec l'inscription "République de Donetsk".

Les manifestants demandaient la libération de Pavlo Goubarev, l'autoproclamé "gouverneur populaire" de la région. Accusé de "séparatisme", il avait été arrêté le 6 mars.

"Les gens sont en colère contre la police et les autorités qui répriment nos contestataires", a expliqué Robert Donia, qui s'est présenté comme adjoint de Goubarev.

"Ils ont libéré les contestataires du Maïdan (les militants pro-européens ayant renversé Ianoukovitch), mais gardent les nôtres en prison. Pourquoi la loi devrait être en leur faveur ?", a-t-il dit à l'AFP.

Les manifestants ont donné au chef local du SBU cinq minutes pour accepter de libérer Goubarev. Mécontents de ne recevoir aucune réponse, certains ont commencé à briser les vitres, avant que Donia n'apparaisse pour annoncer avoir négocié la libération de Goubarev dimanche.

"S'ils ne le libèrent pas demain, nous reviendrons avec deux fois plus de gens", a-t-il dit à la foule.

dv/via/kat/ai

PLUS:hp