NOUVELLES

Mille-Îles, une circonscription lavalloise convoitée

15/03/2014 12:42 EDT | Actualisé 15/05/2014 05:12 EDT

À Laval, la circonscription de Mille-Îles attire l'attention. Elle a été remportée de peu par le Parti libéral du Québec en 2012 et, cette fois-ci, le Parti québécois y présente la candidate Djemila Benabib, bien connue pour ses prises de position antiextrémisme religieux. La CAQ n'entend toutefois pas lâcher le morceau.

Un texte de Francis Labbé Twitter Courriel

Lors de l'élection de 2012, la libérale Francine Charbonneau n'a devancé son rival péquiste que par 1797 voix. « Je crois que les gens vont choisir avec leur cœur, avec leur tête, avec leur façon de voir les choses », explique la députée sortante et candidate du PLQ.

Mme Charbonneau admet que la lutte risque d'être serrée, mais ne craint pas pour son siège. « Je serai là, à mon bureau de comté, le 8 avril en matinée ! » Lance-t-elle.

Une adversaire réputée

En 2014, l'adversaire principale de Francine Charbonneau, la candidate péquiste Djemila Benhabib, est plus connue, notamment en raison de son appui à la charte des valeurs et à la publication de son livre « Ma vie à contre-Coran  ».

« Les gens ne viennent pas me parler spontanément de la charte, je crois qu'ils connaissent bien mes positions, mais ce n'est pas un enjeu prioritaire, ici », confie Mme Benhabib, qui avait tenté sa chance dans la circonscription de Trois-Rivières en 2012, mais sans succès. 

Les appuis de la CAQ convoités

À Laval, en 2012, la lutte électorale a surtout mis aux prises le Parti libéral du Québec et le Parti québécois. Dans Mille-Îles, la Coalition avait tout de même récolté 23 % des voix. Les électeurs de la CAQ seront donc très sollicités au cours des prochaines semaines.

Le candidat de la CAQ, Sylvain Loranger, un spécialiste de la décontamination des sols, reconnaît que la lutte ne sera pas facile, mais il entend livrer bataille. « Ça va être une guerre de tranchées, on va serrer des mains. »

Sylvain Loranger mise sur les indécis afin de maintenir les appuis de son parti. « C'est surprenant le nombre d'électeurs que je rencontre et qui ne savent pas pour qui voter. Ça me donne espoir », confie Sylvain Loranger.

« Candidature parachutée » ?

Selon Sylvain Loranger, le fait que Djemila Benhabib ne soit pas de la circonscription ne lui nuira pas. « La situation est différente de Trois-Rivières. Ici, les gens sont peut-être moins isolés. On lui souhaite bonne chance, mais nous allons livrer une chaude lutte », promet le candidat de la CAQ.

« Personne ne me parle de ça », rajoute Mme Benhabib, à propos du fait qu'elle est la seule candidate des trois principaux partis à ne pas habiter dans la circonscription.

Mille-Îles a élu des représentantes libérales de 2003 à 2012, mais a été représentée par une députée péquiste de 1994 à 2003.

PLUS:rc