NOUVELLES

Wall Street, sur ses gardes face à l'Ukraine, hésite à l'ouverture

14/03/2014 10:07 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

La Bourse de New York hésitait peu après l'ouverture vendredi, les tensions autour de l'Ukraine à l'orée du week-end rendant les investisseurs nerveux: le Dow Jones grappillait 0,12% tandis que le Nasdaq lâchait 0,05%.

Vers 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average gagnait 19,10 points à 16.127,99 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, cédait 2,00 points à 4.258,42 points.

Le S&P 500 grignotait 0,06% (+1,16 point) à 1.847,50 points.

Wall Street avait nettement chuté jeudi, des craintes croissantes sur l'impact d'un ralentissement chinois et de la crise ukrainienne sur l'économie mondiale l'emportant sur de bons chiffres américains: le Dow Jones avait décroché de 1,41% à 16.110,14 points et le Nasdaq de 1,46% à 4.260,42 points.

"Les investisseurs adoptent une approche prudente avant le referendum prévu ce week-end en Crimée sur une éventuelle séparation de l'Ukraine et un rattachement à la Russie", remarquaient les analystes de Schaeffer's Investment Research.

Les Occidentaux multiplient en effet les initiatives et les menaces pour tenter d'infléchir la position du Kremlin, alors que la Russie, dont l'armée effectue des manoeuvres aux portes de l'Ukraine, a déclaré qu'elle se réservait le droit de se porter au secours de ses "concitoyens et compatriotes" dans le pays.

Face à cette situation très incertaine, "il est compréhensible que les investisseurs aient envie de retirer leur argent de la table", soulignait Patrick O'Hare de Briefing.com.

Les courtiers de Wall Street ont aussi été refroidis par l'annonce d'un léger recul des prix à la production aux Etats-Unis en février. Ils sont en retrait de 0,1% par rapport à janvier alors que les analystes tablaient sur une hausse de 0,2%.

Ce signe d'une économie qui peine à relancer la croissance à vive allure vient s'ajouter à la crainte d'un ralentissement de la croissance chinoise, la deuxième puissance économique mondiale, après la publication d'une série d'indicateurs en demi-teinte depuis le début de la semaine.

Dans ce contexte le marché obligataire, jugé plus sûr que les actions et très prisé des investisseurs en temps d'incertitude, évoluait en hausse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,642% contre 2,653% jeudi soir et celui à 30 ans à 3,580% contre 3,601% la veille.

jum/soe/bdx

PLUS:hp