NOUVELLES

Colombie : Santos se propose comme médiateur au Venezuela

14/03/2014 05:53 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

Le président colombien Juan Manuel Santos s'est dit vendredi disposé à jouer un rôle de médiateur au Venezuela voisin, agité depuis début février par des manifestations anti-gouvernementales qui ont déjà fait 28 morts.

"Si le Venezuela considère que nous sommes utiles, nous irons. Il faut aussi que l'opposition le considère", a annoncé M. Santos dans un entretien au quotidien El Tiempo.

Interrogé sur de récentes accusations d'ingérence formulées par le président vénézuélien Nicolas Maduro après un appel au dialogue lancé par M. Santos, celui-ci a souligné qu'il serait "néfaste" pour la Colombie de s'aliéner Caracas, notamment dans le cadre des négociations de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) lancées fin 2012 sous le parrainage de plusieurs pays, dont le Venezuela.

Ainsi, il a souligné qu'il revenait exclusivement au gouvernement et à l'opposition du Venezuela de juger de l'opportunité d'un dialogue.

Le Venezuela est secoué depuis le début février par un mouvement de protestation, lancé au départ par des étudiants, et qui a fait tache d'huile dans tout le pays, portant sur l'insécurité, l'inflation et les pénuries, notamment de denrées alimentaires.

Les violences survenues pendant ou en marge des manifestations ont officiellement fait 28 morts et près de 400 blessés.

Visé par la grogne, le président Maduro, élu de justesse en avril dernier, n'a de cesse de dénoncer une "tentative de coup d'Etat" fomentée avec l'aide notamment des Etats-Unis.

Parmi les cibles favorites du gouvernement vénézuélien, figure aussi l'ex-président colombien conservateur Alvaro Uribe (2002-2010), fréquemment accusé d'encourager les violences.

vel/ll/ag/ih

PLUS:hp