POLITIQUE

La Coalition avenir Québec annonce des dépenses de 40 millions $ en éducation (VIDÉO)

14/03/2014 09:03 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - François Legault a fait un plaidoyer contre le décrochage scolaire et en faveur de l'innovation, vendredi, tout en menant une opération charme sur la couronne sud de Montréal.

Le chef caquiste effectue une tournée dans une portion du «fameux 450», région reconnue comme plus réceptive aux idées caquistes.

Sur la rive sud de Montréal, à Saint-Constant, il a annoncé qu'un gouvernement de la CAQ implanterait une nouvelle zone d'innovation dans l'axe des autoroutes 15 et 30, permettant la création de 7600 emplois. Le projet s'ajouterait à plusieurs autres zones du genre, qui iraient bonifier la «Vallée de l'innovation» telle que décrite dans le «Projet Saint-Laurent» du chef caquiste.

«Il y a le quartier 10-30, plus à l'ouest, il y aura le 15-30. Nous voulons investir dans la matière grise et pas seulement dans le béton comme le Parti libéral», a indiqué Stéphane Le Bouyonnec, député caquiste de La Prairie, en compagnie de son chef.

La Prairie est une circonscription fragile, alors qu'en 2012, Stéphane Le Bouyonnec l'avait emporté par seulement 75 voix.

Mesures contre le décrochage

Plus tôt, François Legault avait annoncé des mesures pour lutter contre le décrochage scolaire. La Coalition avenir Québec entend déployer dans les écoles primaires quelque 500 nouveaux spécialistes, mais abandonne l'idée de prolonger les heures d'enseignement.

Des psychologues, orthopédagogues et psycho-éducateurs seraient déployés dans les écoles, mais visiteraient aussi les centres de la petite enfance pour faire du dépistage et identifier les enfants présentant des difficultés en bas âge, soit dès 3 ans.

Un gouvernement de la CAQ déploiera par ailleurs quelque 120 nouveaux conseillers en orientation pour aider les élèves à faire leur choix de carrière et planifier leur avenir.

«Dans l'est de Montréal ou encore dans certains autres endroits au Québec, il y a des taux de décrochage de 40 ou 50 pour cent. C'est dramatique et inacceptable, si on croit moindrement en l'égalité des chances. Le Québec est dernier au Canada dans les taux de diplomation en secondaire 5», a-t-il soutenu.

Selon la CAQ, ces mesures nécessiteront un investissement de 40 millions $, dont 28 millions $ destinés au dépistage précoce et 12 millions $ pour améliorer la persévérance scolaire au secondaire.

Le chef caquiste a livré une charge à fond de train contre le gouvernement Marois en matière d'éducation, affirmant qu'au cours des 18 derniers mois, elle n'a pas respecté ses engagements en éducation.

Alors qu'il accuse ses opposants de dépenser à tout vent en effectuant des promesses coûteuses, François Legault estime que la lutte au décrochage est un dossier qui impose une promesse d'argent neuf.

«C'est une des rares dépenses que vous allez m'entendre annoncer durant cette campagne, mais l'enjeu est trop important», a-t-il affirmé.

Polarisation du vote

François Legault assure que la polarisation possible du vote entre le Parti québécois et le Parti libéral concernant le thème de la souveraineté ne l'inquiète pas.

L'absence quasi-totale de réactions de la part de ses adversaires à ses positions ne l'inquiète pas, jure-t-il. «Actuellement, il y a deux choix. Le Parti Québécois et le Parti libéral qui ont prouvé qu'ils étaient des mauvais gestionnaires et qui veulent augmenter les taxes. Et il y a la CAQ, un parti qui veut bien gérer et baisser les taxes», répète-t-il inlassablement lors des rencontres avec la presse.

François Legault fait le pari que les électeurs peuvent être séduits par la gestion efficace de l'appareil étatique que sa formation propose.

«Si on veut garder l'avenir ouvert pour renégocier la constitution ou faire la souveraineté, il faut d'abord atteindre la péréquation zéro. On en a pour au moins une dizaine d'années. Quand on reçoit 9 milliards 300 millions, c'est qu'on est plus dépendant que jamais du reste du Canada», a-t-il dit.

Depuis le début de la campagne, le chef de la CAQ s'offre un horaire allégé, alors que les activités sont peu nombreuses et que la tournée prend habituellement fin assez tôt en journée.

Un premier grand rassemblement de militants se déroulera dimanche, soit 12 jours après le lancement de la campagne électorale, dans la circonscription du chef caquiste, à L'Assomption.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les promesses en vrac
Campagne électorale : 16 luttes à surveiller