NOUVELLES

Barrage Inga III en RDC : début des travaux fin 2016 (Banque mondiale)

14/03/2014 11:25 EDT | Actualisé 14/05/2014 05:12 EDT

La construction du nouveau barrage hydroélectrique d'Inga en République démocratique du Congo devrait commencer fin 2016, a indiqué vendredi la Banque mondiale.

La première pierre de ce projet baptisé Inga III devrait être posée "vers la fin 2016", a déclaré le directeur des opérations de la Banque mondiale pour la RDC, Eustache Ouayoro, lors d'une conférence de presse à Kinshasa.

En gestation depuis plus de dix ans, Inga III doit permettre à la RDC de produire 4.800 MW supplémentaires, soit l'équivalent de trois réacteurs nucléaires de troisième génération, sur le site des chutes d'Inga, sur le fleuve Congo, dans la province du Bas-Congo (sud-ouest de la RDC).

Jusque-là, le gouvernement congolais avait indiqué qu'il tablait sur un début des travaux au plus tôt fin 2015.

M.Ouayoro a expliqué que le temps de sélectionner le consortium qui assurera les travaux et que celui-ci trouve les milliards de dollars nécessaires au financement du projet, il était "réaliste" de tabler sur 2016 pour le début des travaux, d'une durée estimée de cinq ans.

"Si ça arrive en 2015, on sera content, mais ce sera difficile", a déclaré M.Ouayoro.

Le conseil d'administration de la Banque mondiale devrait valider le 20 mars un don de 73 millions de dollars en faveur de la RDC destiné à financer un projet d'assistance technique au développement du projet Inga III, ce qui serait perçu comme un signal fort pour les investisseurs.

Le projet Inga III a été ressuscité par la promesse faite par l'Afrique du Sud d'acheter plus de la moitié de la production du futur barrage (2.500 MW), ce qui rend l'entreprise viable sur le plan financier.

Sur ce que laisseront les Sud-Africains, Kinshasa prévoit que quelque 1.300 MW seront destinés aux industries minières du Katanga (sud-est de la RDC), dont le développement est limité par le manque d'énergie disponible.

Le reste de la production du barrage serait dévolu à la population congolaise, dont 9% seulement dispose aujourd'hui d'un accès à l'électricité, selon des chiffres officiels

Le coût total du projet (à partager entre le secteur public et le secteur privé) est évalué à 12-12,5 milliards de dollars (8,5 milliards pour la construction, plus les frais financiers).

Mis en service dans les décennies 1970 et 1980 les deux barrages existants à Inga produisent actuellement 1.500 MW.

mj/hab/aub

PLUS:hp