NOUVELLES

Zimbabwe: deux membres d'une association d'homosexuels interpellés

13/03/2014 11:36 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

La police du Zimbabwe a brièvement interpellé un militant de l'association des gays et lesbiennes GALZ ainsi qu'une bénévole, avant des les libérer après un interrogatoire, a-t-on appris jeudi auprès d'un avocat.

"Nous confirmons que la police a arrêté Natasha Dowell, bénévole de l'association des gays et lesbiennes du Zimbabwe et le militant Tawanda Maguze dans un hôtel du quartier des Avenues", près du centre-ville de Harare, a précisé Kumbirai Mafunda, porte-parole de l'association des avocats du Zimbabwe pour les droits de l'homme.

La bénévole a été libérée après avoir été inculpée de trouble à l'ordre public et aux lois sur la sécurité imposant de notifier des rassemblements publics à la police. M. Maguze a été relâché après un interrogatoire, sans inculpation.

Au début du mois, le président zimbabwéen Robert Mugabe, 90 ans, avait apporté son soutien à son homologue ougandais Yoweri Museveni, soumis à des pressions internationales et à la menace de perdre des aides après la promulgation d'une loi durcissant la répression de l'homosexualité.

Le président zimbabwéen, coutumier des attaques visant les gays et lesbiennes, avait aussi laissé planer la menace sur les homosexuels de son pays.

"Je crois comprendre que nous avons une association d'homosexuels dans notre pays, je ne le savais pas jusqu'à temps qu'on me l'apprenne avant-hier. On va vérifier qui en fait partie", avait-il déclaré. Des propos tenus durant le mariage de sa fille.

Le Zimbabwe n'autorise pas le mariage homosexuel, contrairement à l'Afrique du Sud voisine. Le code pénal datant de 2006 interdit la "sodomie", c'est-à-dire toute relation sexuelle entre hommes, sous peine d'une amende ou d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à un an, selon le site de GALZ.

fj/sn/clr/liu/jmc

PLUS:hp