NOUVELLES

Vol MH370: un navire américain en route pour l'Océan indien

13/03/2014 07:10 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

La Marine américaine a ordonné jeudi à l'un de ses navires de se rendre dans l'Océan indien à la recherche du Boeing de Malaysia Airlines, alors que selon des informations de presse l'avion a pu continuer à émettre un signal via satellite.

La zone de recherche de l'avion a été élargie allant de la mer de Chine méridionale, à l'est de la Malaisie, au détroit de Malacca après que la Maison Blanche eut fait état "de nouvelles informations" ayant conduit les autorités locales à examiner des zones de recherche plus à l'ouest, jusqu'à l'Océan indien.

"D'après ce que je comprends, sur la base de nouvelles informations, pas nécessairement concluantes, mais nouvelles, la zone de recherches serait élargie à l'Océan indien", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

De son côté, un responsable de la Marine a confirmé à l'AFP que "l'USS Kidd transite par le détroit de Malacca en route pour l'Océan indien", se référant à l'un des deux destroyers américains qui participent aux recherches de l'avion disparu depuis samedi, aux côtés de l'USS Pinckney.

Un avion de surveillance supplémentaire, un P-8 Poseidon, devait également se rendre dans la zone, en plus de l'avion P-3C Orion qui participe déjà aux recherches, a-t-il dit sous couvert de l'anonymat.

Les deux navires étaient jusque-là déployés dans le golfe de Thaïlande.

Les recherches se concentraient dans un premier temps en mer de Chine méridionale, à l'est de la Malaisie, le long de la route que devait emprunter le vol Kuala Lumpur-Pékin. La dernière position connue de l'avion était située sur cette route initiale.

Mais, selon le Wall Street Journal et la chaîne ABC, les enquêteurs pensent que l'avion a continué à voler durant cinq heures. Il a disparu des écrans radar une heure après son décollage de Kuala Lumpur alors qu'il suivait sa route normale vers Pékin, sa destination.

Les enquêteurs évoquent un signal automatique transmis par voie satellitaire par l'avion concernant plusieurs de ses systèmes embarqués.

Selon ces sources, durant les quatre heures après que l'avion a disparu des écrans radars civils, vers 17H30 GMT vendredi, ces systèmes ont régulièrement cherché à se connecter à un ou plusieurs satellites relais.

S'il a effectivement volé durant cinq heures, l'avion a pu parcourir 2.200 milles supplémentaires et atteindre l'Océan indien, le Pakistan ou même la mer d'Arabie, si l'on se base sur sa vitesse de croisière.

L'avion de Malaysia Airlines transportait 239 personnes et sa disparition reste à l'heure actuelle un mystère.

Les militaires américains avaient précisé mercredi que leurs satellites espions n'avaient détecté aucun signe d'explosion aérienne au moment où le Boeing a disparu des écrans radars.

Les recherches couvrent désormais près de 27.000 milles nautiques (près de 90.000 km2, soit quasiment la surface du Portugal). Douze pays, dont les Etats-Unis, la Chine et le Japon, participent aux opérations qui mobilisent des dizaines de navires et d'avions.

ddl-bdx/lb/gde

PLUS:hp