NOUVELLES

Ukraine : la Russie ne veut pas la guerre, assure l'ambassadeur russe à l'ONU

13/03/2014 06:36 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

« La Russie ne veut pas la guerre et les Russes non plus, et je suis convaincu que les Ukrainiens non plus », a affirmé jeudi l'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, lors d'une session d'urgence du Conseil de sécurité sur la crise ukrainienne.

À trois jours du référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie, l''ambassadeur russe répondait au premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, qui s'adressait au Conseil de sécurité, et qui lui a demandé : « Est-ce que la Russie veut la guerre? ».

Selon l'ambassadeur Tchourkine, les Européens et Washington ont provoqué cette crise en incitant les Ukrainiens à « renverser par la force le gouvernement légitime ».

Au sujet du référendum en Crimée, l'ambassadeur russe a affirmé qu'il était légitime en raison du « renversement inconstitutionnel du gouvernement à Kiev ».

Les États-Unis ont de leur côté transmis à leurs partenaires du Conseil un projet de résolution dénonçant le référendum et soutenant l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Selon des diplomates, Washington et Paris souhaitent un vote avant le referendum, mais la Russie y opposera de toute façon son veto.

Jeudi, toujours devant le Conseil de sécurité, les ambassadeurs des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni, entre autres, ont fait valoir que le référendum prévu en Crimée est illégal, et qu'un dialogue politique entre Moscou et Kiev s'impose pour trouver une solution pacifique à la crise.

M. Iatseniouk a pour sa part estimé qu'il y avait « encore une chance » de résoudre la crise avec Moscou pacifiquement, tout en demandant à la Russie de retirer ses renforts envoyés en Crimée et « d'entamer des négociations ».

Le premier ministre ukrainien a en outre accusé la Russie de mener une « agression militaire sans raison et sans fondement » en Crimée, ce qu'il juge inacceptable.

PLUS:rc