Huffpost Canada Quebec

Élections 2014: Pauline Marois croit à une menace intégriste musulmane

Publication: Mis à jour:
PAULINE MAROIS
Pauline Marois, premier of Quebec, speaks during an interview in New York, U.S., on Thursday, Dec. 13, 2012. Marois, premier of Canada's second-most populous province, reiterated her aim to move Quebec toward independence and said it values its relationship with the U.S. Photographer: Scott Eells/Bloomberg via Getty Images | Getty

Le risque que des intégristes musulmans infiltrent la société québécoise est bien réel, estime la chef péquiste Pauline Marois. Elle abonde ainsi dans le même sens que les 53 % de répondants qui disent croire à l'existence d'une menace intégriste musulmane dans la province, selon un sondage CROP-Radio-Canada.

« On ne doit pas exagérer ce phénomène, cependant il y a un risque d'infiltration », dit Mme Marois. « On l'a vu. Il y a quelques représentants d'une vision intégriste de leur religion qui sont venus donner des conférences ou rencontrer des gens au Québec. Il faut s'en inquiéter. »

Le Parti québécois s'est d'ailleurs engagé à créer un centre de recherche sur les crimes d'honneur et la lutte contre l'intégrisme, une idée proposée par l'ex-députée libérale maintenant candidate indépendante dans La Pinière, Fatima Houda-Pepin.

« Parfois, les gens nous disent : "Vous exagérez. Vous voulez aller trop vite, trop loin". Mais parfois dans une société, vaut mieux prévenir que guérir. Dans ce sens, nous allons être vigilants », dit la chef péquiste.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, croit aussi qu'il faut travailler à combattre l'intégrisme. Il souligne toutefois que cela n'a rien à voir avec la charte des valeurs et son interdiction des signes religieux dans la fonction publique.

Couillard ne croit pas à une « menace réelle »

« Attention que la population ne croit pas qu'on est en train de faire face à une menace réelle », a réagi le chef du Parti libéral, Philippe Couillard.

« Il y a des éléments de préoccupations, comme les mariages forcés. [...] Mais on n'est pas à l'aube au Québec d'un phénomène de ce niveau-là. Il y a une tentative de créer de l'inquiétude parmi la population sur des bases factuelles qui sont assez fragiles. »

À lire aussi sur le HuffPost Québec

La campagne électorale en images
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction