NOUVELLES

La banque centrale d'Ukraine prévoit d'importantes pertes bancaires en cas de sécession de la Crimée

13/03/2014 10:50 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

Les banques ukrainiennes pourraient perdre des millions d'euros si la Crimée est rattachée à la Russie à l'issue du référendum prévu dimanche, a averti jeudi le gouverneur de la banque centrale d'Ukraine.

"Il y a pour 20-22 milliards de hryvnias (1,5-1,7 milliard d'euros) d'actif et de passif" en Crimée, a déclaré Stepan Koubiv à la presse, moins de trois semaines après avoir pris la direction de la banque centrale.

"Tout cela peut être perdu si la Crimée est rattachée à la Russie", a déclaré cet ancien député nommé à la tête de l'institut d'émission avec l'arrivée d'un nouveau gouvernement, après la fuite du président pro-Kremlin Viktor Ianoukovitch.

"Plus de 20 banques ukrainiennes, moyennes et grandes, ont des succursales et des filiales en Crimée", a-t-il ajouté, citant le chiffre total de 1.022 succursales dans cette péninsule de la mer Noire.

"Nous suivons de près la situation par l'intermédiaire de notre filiale régionale de Crimée", a-t-il ajouté, en repoussant l'idée d'imposer de manière centralisée une limite de retraits bancaires.

Les transports de fonds vers la péninsule sont toutefois entravés "et nous ne pouvons même pas assurer la circulation de fonds à l'intérieur de la Crimée", une situation qui pourrait conduire les succursales de banques à limiter les transactions par manque de liquidités, a-t-il souligné.

Les analystes ont mis en garde contre les conséquences économiques pour la Crimée d'une sécession, notamment sur les investissements, le tourisme et l'agriculture.

ssw-uh/edy/sym

PLUS:hp