NOUVELLES

<em>Hope</em> ou quand le peintre rencontre le cycliste...et l'espoir

13/03/2014 04:32 EDT | Actualisé 12/05/2014 05:12 EDT

À la rencontre de l'art et du monde du sport : il y a l'œuvre de Louis Garneau.

Depuis 4 ans, l'homme d'affaires de Québec commandite de jeunes cyclistes au Rwanda. C'est inspiré par ce pays et ses habitants qu'il a créé une série de douze toiles intitulée Hope.

L'homme d'affaires a capté des images dans le pays avec son téléphone intelligent, puis il les a fait imprimer sur des toiles. « Après ça, je les mets dans mon atelier et j'interviens avec de la couleur. J'interviens sur chaque tableau pour faire un tableau différent et m'approprier l'image », explique-t-il.

Les oeuvres sont vendues à l'échelle mondiale au coût de 20 000 $. Le profit des ventes sera versé en totalité à l'équipe nationale de cyclisme du Rwanda.

L'entraîneur de l'équipe rwandaise, Jonathan Boyer, a d'ailleurs bon espoir d'amener un athlète au Tour de France. « Nous avons Adrien, qui est dans l'équipe continentale professionnelle. Il pourrait même, l'année prochaine, être un des premiers Africains à faire le tour de France », avance-t-il, enthousiaste.

L'exposition, ouverte au public, est présentée jusqu'au 1er mai à l boutique Louis-Garneau de Saint-Augustin-de-Desmaures.

PLUS:rc