NOUVELLES

Le système ACARS, une source précieuse d'informations sur un avion

12/03/2014 12:38 EDT | Actualisé 12/05/2014 05:12 EDT

Le système de messages ACARS dont est équipé le Boeing 777 de Malaysia Airlines qui a disparu sert essentiellement à la maintenance des avions, mais il peut aussi fournir des informations précieuses dans le cadre d'accident.

L'ACARS (aircraft communication addressing and reporting system) permet d'échanger des informations entre l'appareil en vol et le centre opérationnel d'une compagnie aérienne, explique une source du secteur. Ces messages sont envoyés par liaison radio ou satellite, précise une autre source.

Ils portent en priorité sur des données relatives à la maintenance. Mais ces messages peuvent aussi servir, par exemple en cas de retard sur un vol, à avertir le personnel au sol pour la prise en charge des passagers en correspondance.

En ce qui concerne la maintenance, "le traitement et l'analyse de ces données permettent de préparer et d'anticiper les vérifications et travaux de maintenance à effectuer sur l'avion dès son atterrissage", indique la compagnie aérienne française Air France sur son site internet.

Tous ces éléments, qui se présentent sous la forme de lignes codées en lettres et en chiffres, sont transmis à la compagnie aérienne, mais peuvent aussi l'être au motoriste et à l'avionneur s'ils le souhaitent.

Au départ, ce système n'a donc pas été conçu pour fournir des éléments aux enquêteurs en cas de crash d'un avion. Mais il s'est révélé utile dans le cadre de la catastrophe du vol d'Air France Rio-Paris, qui avait fait 228 morts le 1er juin 2009. L'Airbus A330 avait envoyé 24 messages via le boîtier ACARS en quatre minutes, avant de s'abîmer en mer au large des côtes brésiliennes.

C'est en décryptant ces informations qu'on a pu voir qu'il y avait certainement eu un problème de givrage des sondes Pitot",relate une porte-parole du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) à Paris. Les sondes Pilot sont les instruments qui permettent de mesurer la vitesse. "C'est aussi grâce aux messages ACARS remis par la compagnie que nous avons pu déterminer la dernière position connue de l'appareil", ajoute-t-elle. "Mais il nous a fallu des mois pour décrypter l'ensemble des messages et être sûrs que nous ne passions pas à côté d'une information sensible qui aurait pu nous aider."

Dans le cas du vol MH370 de Malaysia Airlines, "il n'y a pas eu de message de détresse et aucune information n'a été relayée" via le système ACARS, a précisé la compagnie aérienne. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ce silence: "soit le système est en panne, soit il ne détecte rien d'extraordinaire et donc ne transmet rien, soit il a été détruit quasi-instantanément", selon une source du secteur. Il n'est pas prévu en revanche que les pilotes puissent le débrancher.

laf/fz/fc

AIR FRANCE-KLM

BOEING

PLUS:hp