INTERNATIONAL

États-Unis : un condamné à mort innocenté

12/03/2014 12:32 EDT | Actualisé 12/05/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
In this frame grab from video provided by WAFB-TV 9, Glenn Ford, 64, talks to the media as he leaves a maximum security prison, Tuesday, March 11, 2014, in Angola, La., after having spent nearly 26 years on death row. Ford walked free Tuesday evening hours after a judge approved the state?s motion to vacate his murder conviction in the 1983 killing of a jeweler. State District Judge Ramona Emanuel on Monday took the step of voiding Ford's conviction and sentence based on new information that corroborated his claim that he was not present or involved in the murder. (AP Photo/WAFB-TV 9)

Un prisonnier qui a passé 25 ans dans les couloirs de la mort en Louisiane est redevenu un homme libre, mardi, quelques heures après qu'un juge eut approuvé une requête annulant sa condamnation pour meurtre d'un bijoutier en 1983.

Glenn Ford, un homme âgé de 64 ans, a été condamné à la peine de mort en août 1988 en lien avec le meurtre d'Isadore Rozeman, un bijoutier et réparateur de montres de 56 ans, pour qui l'ancien prisonnier avait fait des travaux de jardinage.

Ford a toujours nié avoir tué M. Rozeman. À sa sortie de prison, il a déclaré qu'il se sentait bien, mais qu'il a cependant du ressentiment après avoir passé 30 ans derrière les barreaux pour un crime qu'il n'a pas commis.

La juge du district de l'État de Louisiane, Ramona Emanuel, a indiqué lundi que de nouvelles informations ont corroboré la version des faits de Glenn Ford, qui affirmait qu'il n'était pas présent ou impliqué dans le meurtre du bijoutier.

L'organisme Capital Post Conviction Project Of Louisiana, qui défend les droits des personnes condamnées à mort, a applaudi la décision de l'État.

Aaron Novod, avocat de l'organisation, a soutenu que le procès de Ford avait été compromis par l'inexpérience de ses avocats et par le rejet inconstitutionnel de certaines preuves provenant notamment d'un informateur.

Son groupe affirme qu'un rapport de police portant sur l'arme du crime et le moment du meurtre a aussi été détruit.