NOUVELLES

Désarmement: Washington s'attend à ce que Moscou respecte ses engagements

12/03/2014 11:40 EDT | Actualisé 12/05/2014 05:12 EDT

Washington s'attend à ce que Moscou continue à respecter ses engagements au terme des accords de désarmement nucléaire bilatéraux, malgré les différends actuels sur l'Ukraine, a affirmé mercredi une conseillère du président Barack Obama.

"Nous nous attendons à ce que les Russes continuent à observer les accords sur le désarmement qu'il ont conclu avec nous", a affirmé Elizabeth Sherwood-Randall, principale conseillère de M. Obama dans ce domaine.

Les accords de désarmement "sont dans nos intérêts mutuels et nous ne voyons aucune raison pour que les tensions existant au sujet de l'Ukraine constituent un obstacle à l'application des engagements conclus avec les Russes pour réduire le nombre d'armes nucléaires", a ajouté Mme Sherwood-Randall lors d'une discussion organisée par le National Journal à Washington.

M. Obama et son homologue russe de l'époque, Dmitri Medvedev, ont signé en 2010 un nouveau traité START de désarmement nucléaire, entré en vigueur en février 2011 pour dix ans.

Ce traité prévoit notamment un maximum de 1.550 têtes nucléaires déployées pour chacun des deux pays, soit une réduction de 30% par rapport à 2002.

La Russie détient actuellement un stock de 8.500 ogives nucléaires, soit le plus important du monde. Sur ce total se trouvent 1.800 ogives stratégiques installées sur des vecteurs, tandis que 2.700 ogives stratégiques et tactiques restent en réserve, selon la revue américaine Bulletin of the Atomic Scientists. Quelque 4.000 sont en attente de destruction.

De leur côté, les Etats-Unis possèdent environ 7.700 ogives nucléaires au total, toujours selon le journal se basant sur des données datant de mars 2013.

Le forum du National Journal lors duquel Mme Sherwood-Randall s'exprimait était organisé en vue du sommet sur la sécurité nucléaire prévu les 24 et 25 mars à La Haye. M. Obama doit participer à cette rencontre, troisième édition d'un sommet dont il avait lancé l'idée dès 2009.

Les membres du G8, hors Russie, ont suspendu leur participation aux travaux préparatoires du sommet de Sotchi (Russie) en juin, en protestation contre l'intervention russe en Crimée, mais les représentants de Moscou restent attendus à l'événement de La Haye, a noté la conseillère de M. Obama.

"Nous continuons à travailler sur ce sommet (...) avec nos homologues russes, de façon très efficace, ce sont d'important contributeurs à ce processus, en tant que pays qui possède des matériaux nucléaires civils et militaires en quantités importantes", a-t-elle noté.

tq/bdx

PLUS:hp