NOUVELLES

Algérie: 16 employés du groupe Lafarge en grève de la faim

12/03/2014 03:33 EDT | Actualisé 12/05/2014 05:12 EDT

Seize employés suspendus "illégalement" par la direction de la cimenterie d'Oggaz (ouest d'Alger) du groupe français Lafarge sont en grève de la faim depuis dimanche pour réclamer "leur réintégration", a indiqué mercredi l'un d'entre eux à l'AFP.

Contactée par l'AFP, la direction du groupe Lafarge à Alger a fait état d'une "procédure judiciaire" en cours, consécutive à des "actes délictueux". "Nous ne pouvons commenter une procédure en cours dont nous devons attendre la conclusion", a-t-elle affirmé.

Six des grévistes ont été suspendus fin 2013 après une manifestation lors d'une visite de l'usine de l'ambassadeur de France en Algérie André Parant et du wali (préfet) de Mascara, Ouled Saleh Zitouni, a indiqué par téléphone à l'AFP Aziz Semache, un des grévistes de la faim.

Les ouvriers protestaient contre "l'attitude de l'inspecteur de travail qui avait refusé de signer le PV de non conciliation entre le syndicat et la direction de l'usine après l'échec de plus de quatre mois négociations" sur des revendications socio-professionnelles.

M. Zitouni avait ensuite reçu le syndicat et six employés désignés par leurs collègues.

"L'inspecteur du travail a reçu l'ordre de signer (le PV) et tout le monde est sorti satisfait", a ajouté M. Semache. "Mais une fois le wali parti, le directeur, un Français, a suspendu illégalement les six travailleurs (...) pour +faute grave+" qu'il n'a pas précisée, a affirmé M. Semache.

Onze autres salariés qui les ont soutenus ont été à leur tour suspendus quelques jours plus tard et l'UGTA, la centrale syndicale officielle, a dissous le syndicat, selon lui.

Entretemps, trois plaintes ont été déposées par la direction, dont l'une au civil "pour réclamer 23 milliards de centimes (plus de 2,3 millions d'euros) à chacun des travailleurs".

Selon le gréviste, des non-lieux ont été rendus pour les trois plaintes mais la direction a fait appel pour l'une d'elle.

Seize des 17 salariés suspendus, installés dans des tentes face à l'entrée principale de l'usine, resteront en grève de la faim "jusqu'à ce qu'ils obtiennent gain de cause, la réintégration", a ajouté ce gréviste.

Lafarge Algérie a deux activités de ciment (M'sila et Oggaz) de plus de 8 millions de tonnes et co-gère avec l'entreprise publique GICA la cimenterie de Meftah (à une cinquantaine de kilomètres d'Alger).

amb/vl

PLUS:hp