DIVERTISSEMENT
10/03/2014 10:36 EDT

«Mayday Remix» à l'Usine C: on détruit et on recommence (ENTREVUE)

Courtoisie

La chorégraphe Mélanie Demers enviait les dramaturges qui voient leurs pièces montées par des metteurs en scène différents, les écrivains qui ont le luxe de réécrire un roman et les auteurs qui entendent leurs chansons interprétées par plus d’un chanteur. Elle a donc choisi de déconstruire l’univers chorégraphique de sa compagnie, Mayday, et de le confier à des artistes de tous les horizons.

«Le projet est né d’un désir de questionner la paternité des œuvres et des idées. En danse, les collaborations sont rares et on ne peut pas vraiment se citer les uns et les autres. J’avais envie de briser ce cycle-là et de voir ce que ça donne quand quelqu’un s’empare de mon travail pour mettre la hache dedans et le redéfinir avec sa sensibilité.»

La chorégraphe cherchait également à briser le sentiment de solitude qui entoure la création. «C’est un co-travail à distance dans le temps. J’ai fait la première version et ils prennent le relais à quelques années d’intervalle. Peut-être qu’ils vont réussir à guérir mes œuvres, à les rendre plus belles, plus grandes et plus douces.»

Les guérisseurs à qui Mélanie Demers a confié les sections chorégraphiques de ses œuvres Junkyard/Paradis et Goodbye sont tous éminemment respectés dans leurs domaines respectifs.

La metteure en scène Catherine Vidal, avec qui la chorégraphe a collaboré pour la pièce Robin et Marion en 2012, tentera d’ajouter du paradis au Junkyard. DJ Poirier remaniera la musique des deux spectacles en concoctant des sets qui serviront de transitions à la soirée. Le vidéaste Xavier Curnillon imaginera un objet vidéo qui a des allures de reportage animalier observant les danseurs en liberté.

L’auteure Catherine Leroux mettra au monde un texte poétique inspiré de l’univers de Mayday. La chorégraphe Catherine Gaudet s’inspirera des préoccupations de la compagnie de danse en les transposant sur de nouveaux danseurs, Francis Ducharme et Caroline Gravel. Les Fermières Obsédées, un duo de performeuses issues des arts visuels, s’approprieront l’univers de Junkyard avec leurs corps. Puis, Olivier Choinière, réputé dramaturge avec qui Demers a travaillé sur Mommy, posera son regard acéré et politisé sur Goodbye.

Bien que Demers ait essayé de se faire discrète dans le processus, elle a réalisé en cours de route qu’elle portait désormais les chapeaux de productrice et de commissaire de Mayday Remix. «Avec certains, je me permets des commentaires, alors qu’avec d’autres, je vais découvrir le résultat seulement à la générale. Le but n’est pas de faire un hommage à mon travail, mais de corrompre le matériel, de révéler ses faiblesses, ses prétentions et ses vanités.»

Malgré l’enthousiasme qui habite la chorégraphe en parlant de son projet, il serait mal avisé de croire que l’aventure a été vécue sans heurts. «Je me sens comme si je portais mes souliers à l’envers: c’est quelque chose de familier, mais ça fait mal par moment. Je dois me rappeler que c’est moi qui ai voulu ça. Mais à la fois, je trouve ça infiniment libérateur de voir des gens intelligents se frotter à mon travail, rencontrer les mêmes défis et les mêmes obstacles avec leurs partitions respectives.»

Les interprètes originaux de Junkyard/Paradis et de Goodbye (Jacques Poulin-Denis, Brianna Lombardo, Angie Cheng, Nicolas Patry et Chi Long) sont eux aussi impliqués dans ce remixage multidisciplinaire. «En les observant d’un point de vue différent, j’ai trouvé ça magnifique de voir comment chacun impose sa personnalité et sa sensibilité, que ce soit par la flamboyance ou la discrétion. Ils sont hyper ouverts à changer et à transformer les deux œuvres. Ils s’adaptent super bien.»

Après ce blitz de re-création, Mélanie Demers tentera une aventure en solo qui lui fait particulièrement peur. «Je suis une fille de gang qui s’inspire beaucoup des autres. Je vampirise leur énergie et je m’en nourris. Je suis craintive à l’idée de relever ce défi-là, mais je ressens aussi le besoin de retourner voir ce qui se passe quand je suis toute seule dans le travail.»

Mayday Remix sera présenté trois soirs seulement, du 12 au 14 mars 2014, à l’Usine C.