NOUVELLES
09/03/2014 09:51 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

Lev Tahor: le frère d'une membre dit avoir prévenu les autorités des risques de fuite

PC

Un texte de Bahador Zabihiyan

Le frère d'une des membres de la secte Lev Tahor dit avoir prévenu le mois dernier les autorités ontariennes qu'il existait un risque important que la famille de sa soeur quitte le Canada avec les enfants. L'homme, qui vit en Israël, a fait part de sa grande inquiétude à Radio-Canada.

Un texte de Bahador Zabihiyan Twitter Courriel

La membre de Lev Tahor en question se trouverait présentement au Guatemala avec six de ses enfants.

Le mois dernier, un juge ontarien avait décidé de retirer les enfants du groupe religieux à leurs parents, mais leur laissait 30 jours pour faire appel de la décision. Le jugement s'appliquait à 13 des 14 enfants.

Plusieurs jours avant que le juge ne rende sa décision, un travailleur social de l'Ontario a contacté l'homme interviewé pour lui poser des questions au sujet de sa soeœur et de ses huit enfants, qui font partie de la secte Lev Tahor, a-t-il raconté au téléphone à Radio-Canada.

Le « travailleur social » ontarien s'est longuement entretenu en hébreu et dans une moindre mesure en anglais avec lui. Lors de la conversation, il lui a demandé s'il craignait que sa sœoeur tente de s'enfuir avec ses enfants, si un juge décidait de lui en retirer la garde. Il a répondu qu'il y avait « très certainement un risque ».

En effet, peu de temps avant que le «  travailleur social  » ne le contacte, une autre de ses soeurs avait parlé à celle qui est membre de la secte Lev Tahor. Elle aurait dit qu'ils songeaient s'enfuir si le juge décidait de leur retirer la garde des enfants. C'est ce qui s'est finalement produit, la semaine dernière. La soeœur de l'homme interviewé et six de ses enfants se trouveraient quelque part au Guatemala, explique-t-il.

Toutefois, une certaine confusion existe quant au nombre de membres de la secte qui pourraient se trouver au Guatemala. Jeudi, la Direction de la protection de la jeunesse québécoise faisait état de six membres de la secte qui s'y trouveraient. Neuf autres membres ont été interpellés à Trinité-et-Tobago et rapatriés au Canada samedi tandis que deux autres ont été arrêtés à Calgary.

Plus aucune nouvelle de sa sœoeur depuis une semaine

La soeœur de l'homme interviewé avait pour habitude de contacter plusieurs fois par semaine sa famille. Elle a parlé au téléphone avec sa soeœur en Israël pour la dernière fois il y a une semaine, alors qu'elle se trouvait encore à Chatham en Ontario, explique-t-il.

Elle a demandé à sa famille de ne pas « s'inquiéter » pour elle, rajoutant qu'elle allait se faire confisquer son téléphone et que d'autres personnes se trouvaient autour d'elle, et que par conséquent elle ne serait plus en mesure de contacter sa famille.

Depuis, sa famille n'a plus aucune nouvelle d'elle et de ses enfants, qui se trouveraient désormais au Guatemala. Les deux plus âgés auraient été expulsés de Trinité-et-Tobago et feraient partie des enfants rapatriés au Canada dimanche.

L'homme dit avoir contacté le consulat israélien sur place, plusieurs motels ainsi que la « Maison Chabad », organisme communautaire qui vient en aide aux Juifs au Guatemala. Il n'a toutefois pas réussi à savoir où se trouvaient sa soeœur et ses six enfants.

Il se dit extrêmement inquiet, car sa sœoeur n'a pas d'argent et certains des enfants sont très jeunes.

Un combat de longue haleine

Cela fait trois ans qu'il se bat pour tenter d'extirper sa soeœur de la secte Lev Tahor, jusqu'à présent sans succès. Il n'est pas lui-même un juif orthodoxe, mais plusieurs membres de sa famille le sont, sans pour autant soutenir l'idéologie des Lev Tahor.

Il se dit satisfait de la façon dont la justice canadienne a traité l'affaire, mais il est déçu que personne n'ait pu empêcher sa sœoeur de partir.

Il souhaite aussi que l'État d'Israël intervienne. « En tant qu'État, Israël vient en aide aux enfants afin de les sauver, partout dans le monde, nous demandons son aide afin de sauver les enfants du culte de Lev Tahor avant qu'il ne soit trop tard », peut-on lire dans une déclaration en anglais que l'homme partage présentement sur les réseaux sociaux.

Il espère maintenant que les enfants soient placés dans des familles d'accueil et que sa sœoeur puisse être éloignée des « dirigeants » de la secte Lev Tahor. Sa soeœur était plutôt bien intégrée en Israël. Après y avoir quitté l'armée israélienne, elle est devenue fille au pair aux États-Unis. C'est là que son rapprochement avec les Lev Tahor aurait progressivement commencé, croit-il.