INTERNATIONAL
06/03/2014 07:45 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

Oscar Pistorius priait à côté de Reeva Steenkamp, raconte un témoin

ASSOCIATED PRESS
Oscar Pistorius, puts his hands to his head while listening to evidence from a witness speaking about the morning of the shooting of his girlfriend Reeva Steenkamp, in court on the fourth day of his trial at the high court in Pretoria, South Africa, Thursday, March 6, 2014. Pistorius is charged with murder for the shooting death of his girlfriend, Steenkamp, on Valentines Day in 2013. (AP Photo/Marco Longari, Pool)

PRETORIA, Afrique du Sud - Oscar Pistorius tremblait légèrement et il a placé ses mains sur ses oreilles, jeudi, quand un voisin a raconté au tribunal avoir vu l'athlète paralympique sud-africain agenouillé près du corps de sa petite amie, qui venait d'être atteinte de plusieurs projectiles.

Il s'agit du premier récit des événements qui sont survenus immédiatement après que Pistorius ait tiré des coups de feu dans la porte de sa salle de bain le matin du 14 février 2013, atteignant mortellement Reeva Steenkamp.

Pistorius maintient depuis le début qu'il croyait avoir affaire à un intrus.

«Il était évident qu'elle avait été blessée mortellement, a relaté le radiologue Johan Stipp, qui affirme avoir été un des premiers à arriver sur place. Au pied de l'escalier... il y avait une dame étendue sur le dos, sur le plancher.»

Pistorius s'est incliné vers l'avant pendant le témoignage de M. Stipp et a placé ses mains sur son visage, avant de les déplacer pour boucher ses oreilles. Il n'a pas bougé pendant un bon moment, même lorsqu'un de ses avocat a tenté de le réconforter.

«Je me suis approché d'elle et quand je me suis penché, j'ai remarqué un homme à gauche, agenouillé près d'elle, a ajouté le docteur Stipp en réponse aux questions du procureur Gerrie Nel. Il avait sa main gauche sur son aine droite, et sa main droite, le deuxième et le troisième doigts dans sa bouche. Je me souviens que la première chose qu'il a dite quand je suis arrivé était, 'J'ai tiré sur elle. Je pensais que c'était un cambrioleur. J'ai tiré sur elle.'»

M. Stipp, qui dit n'avoir découvert que plus tard que cet homme était Pistorius, dit avoir tenté d'aider, mais qu'il savait qu'il était probablement trop tard puisque Mme Steenkamp ne donnait aucun signe de vie. Il a ajouté avoir noté des blessures à la cuisse, au bras et à la tête. De la matière cérébrale était aussi présente autour de la blessure au crâne.

«Elle n'avait pas de pouls au niveau du cou, elle n'avait pas de pouls périphérique. Elle ne faisait pas de mouvements respiratoires, a poursuivi le docteur Stipp. Oscar pleurait tout le temps. Il demandait à Dieu, 'S'il-Vous-plaît, laissez-la vivre'. Oscar a promis de dédier 'sa vie et la sienne à Dieu' si elle survivait et ne mourrait pas cette nuit-là.»

Plus tôt pendant la journée, l'avocat de Pistorius, Barry Roux, avait de nouveau tenté de semer le doute quant au témoignage d'un autre voisin, Charl Johnson, qui dit avoir entendu des coups de feu et les cris de terreur d'une femme le matin du drame.

Me Roux a suggéré au tribunal que les bruits entendus étaient en fait un maillet que Pistorius utilisait pour défoncer la porte de la salle de bain après avoir réalisé sa méprise, et que les cris étaient Pistorius appelant à l'aide.

M. Johnson, qui habite à moins de 200 mètres de la résidence de Pistorius, a maintenu avoir entendu des coups de feu et les hurlements d'une femme.

INOLTRE SU HUFFPOST

Oscar Pistorius arrêté
Qui était Reeva Steenkamp, la compagne d'Oscar Pistorius?