NOUVELLES
06/03/2014 07:00 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

Une entente à l'amiable dans un dossier du «matricule 728»

Youtube

L'un des dossiers litigieux dans lequel est impliquée la policière Stéfanie Trudeau, également connue sous le nom de « matricule 728 », s'est en partie réglé en juillet dernier par un règlement à l'amiable.

Rappelons que le soir du 26 avril 2012, en marge des événements du « printemps érable », Stéfanie Trudeau et deux autres policières auraient arrêté et détenu abusivement trois citoyens en plus de les accuser sous un faux motif.

Le présent article a été corrigé le 14 mars 2014 à la suite d'une information voulant que la Ville de Montréal n'ait versé aucun dédommagement pour des gestes présumément posés par la policière Stéfanie Trudeau. Comme l'indique la version actuelle, deux des trois plaignants qui poursuivaient trois policières dont Mme Trudeau, se sont désistés de leur recours visant cette dernière.

Deux des trois plaignants se sont désistés de leur recours visant la policière Stéfanie Trudeau. La Ville de Montréal a accepté de verser un total de 20 000 $ à ces deux plaignants, sans admission de responsabilité, au nom des deux autres policières, dans le cadre d'une entente confidentielle.

Dans le document de la Ville qui justifie le versement des 20 000 $, on peut lire « qu'après avoir regardé les films relatifs à l'arrestation [des trois personnes], nous avons convenu qu'il serait dans l'intérêt de tous, y compris des policières [...] de régler le dossier à l'amiable. »

On reprochait également à Mme Trudeau d'avoir dit à haute voix qu'elle voulait effacer la vidéo qu'un des plaignants venait tout juste de réaliser sur l'intervention policière (des propos enregistrés, selon la poursuite).

Il reste maintenant à régler le dossier du dernier plaignant, Liam Buckley, l'auteur de la vidéo en question, qui est toujours accusé d'entrave à un policier.

Dans un autre dossier concernant Stéfanie Trudeau, la Ville de Montréal, responsable de sa défense, a décidé en octobre dernier de réserver une provision budgétaire jusqu'à un maximum de 25 000 $ pour couvrir les frais et honoraires de l'avocat qui la représente dans la cause qui l'oppose aux trois citoyens qu'elle aurait brutalisés en octobre 2012, sur le Plateau Mont-Royal.

Rappelons par ailleurs qu'il y a eu enquête criminelle sur cette affaire, que l'enquête est complétée depuis plus de six mois et que la décision de poursuivre la policière ou non appartient maintenant au Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec.

Avec les informations de Normand Grondin et François Cormier

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST QUÉBEC

Matricule 728 pour les nuls..

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?