NOUVELLES

Tuerie en Chine: les assaillants auraient d'abord tenté de passer la frontière

05/03/2014 04:21 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

Les auteurs de l'attaque meurtrière commise samedi dans le sud-ouest de la Chine auraient agi par désespoir après avoir échoué à rejoindre des djihadistes en dehors du pays, a affirmé un responsable politique cité par un média officiel.

La tuerie de la gare de Kunming, dans laquelle 29 personnes ont été poignardées à mort et 143 blessées, a été imputée par Pékin à des séparatistes du Xinjiang (ouest), région dont les Ouïghours, des musulmans turcophones, constituent l'ethnie principale.

Selon Qin Guangrong, secrétaire du Parti communiste du Yunnan (province dont Kunming est la capitale), les huit assaillants se seraient rendus dans le sud du pays avec le projet de passer la frontière.

Après le Yunnan, "ils ont réitéré leurs tentatives à d'autres endroits, mais après avoir également échoué (dans la province méridionale) du Guangdong, ils sont revenus" à Kunming pour y commettre leur attaque, a ajouté Qin, cité dans un article du site de Radio Chine Internationale -- supprimé peu après sa mise en ligne --.

"Au départ, ces huit personnes voulaient rejoindre le djihad", a ajouté le responsable.

De son côté, Radio Free Asia, média soutenu par le gouvernement américain, offrait une version différente, et citait plusieurs sources affirmant que le groupe avait l'intention de parvenir au Vietnam pour obtenir l'asile politique.

Selon ces sources, il pourrait s'agir de Ouïgours fuyant une vague de répression policière à Hotan, une préfecture du Xinjiang. Ils auraient renoncé à leur projet après l'arrestation en septembre de trente autres Ouïgours à Mohan, ville frontière avec le Laos en septembre.

"Ils ne pouvaient pas rentrer à Hotan, mais ne pouvaient rien faire non plus à Kunming, parce qu'ils n'avaient pas de cartes d'identité ou étaient visés par des mandats d'arrêt", a déclaré un Ouïgour de Kunming interrogé par RFA.

D'après le ministère de la Sécurité publique chinoise, la tuerie de Kunming a été menée par un commando de huit membres, dont quatre ont été tués et un cinquième blessé lors de l'attaque, tandis que les trois derniers ont été interpellés lundi.

bur-jug/ml

PLUS:hp