NOUVELLES

L'armée israélienne affirme avoir blessé deux membres du Hezbollah à la frontière syrienne

05/03/2014 02:05 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

L'armée israélienne a indiqué avoir tiré mercredi sur deux membres du Hezbollah libanais et les avoir touchés alors qu'ils plaçaient un engin explosif près de la frontière syrienne.

"Deux terroristes affiliés au Hezbollah ont été identifiés alors qu'ils tentaient de placer un engin explosif près de la frontière israélo-syrienne, dans le nord du plateau du Golan. Les forces de l'armée israélienne ont répondu immédiatement et tiré vers les suspects (...) qu'elles ont touchés", a indiqué l'armée dans un communiqué.

Le Hezbollah a menacé la semaine dernière de riposter à un raid mené par Israël contre une de ses positions au Liban, le premier depuis la guerre qu'ils se sont livrée en 2006.

En mai 2013, Israël avait visé à deux reprises des armes destinées, selon l'Etat hébreu, au Hezbollah près de Damas. Et le 1er novembre, des médias avaient rapporté des frappes israéliennes contre une base aérienne près de Damas, où se trouvaient des missiles destinés au Hezbollah.

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie. Il occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qu'il a annexés, une décision que n'a jamais reconnue la communauté internationale, environ 510 km2 restant sous contrôle syrien.

Pour sa part, la Syrie a annoncé qu'Israël avait tiré mercredi matin quatre roquettes à partir du Golan occupé vers la Syrie, l'accusant d'avoir "violé" ainsi l'accord de désengagement des forces syriennes et israéliennes sur le Golan.

"L'ennemi sioniste a violé ce matin l'accord de désengagement en tirant quatre roquettes du Golan occupé contre une école et une mosquée à al-Hamidiyé. Il a ensuite tiré quatre obus de chars (...) et ouvert le feu avec ses mitrailleuses contre (des positions syriennes), blessant sept membres des forces de sécurité intérieure et quatre civils", a indiqué un communiqué de l'armée syrienne sans établir clairement un lien avec l'incident évoqué par l'armée israélienne.

Cette agression prouve "l'implication directe de l'entité sioniste dans le soutien des groupes terroristes (rebelles ndlr) et le niveau de coordination existant entre" les deux parties, a ajouté l'armée syrienne.

La situation sur le plateau du Golan est tendue depuis le début du conflit en Syrie en 2011, mais les incidents sont restés mineurs, avec quelques tirs à l'arme légère ou au mortier auxquels l'armée israélienne a souvent répliqué.

dms-rm/sk/sw

PLUS:hp