DIVERTISSEMENT
05/03/2014 11:41 EST | Actualisé 05/03/2014 11:43 EST

19e Festival Vue sur la relève: jeunesse, diversité, créativité

Agence QMI

Musique, théâtre, danse, cirque, arts interdisciplinaires : c’est la créativité sous toutes ses formes qui est célébrée pendant le Festival Vue sur la relève, qui battra son plein pour une 19e édition dans la métropole, du 2 au 12 avril prochain.

Une pléiade de jeunes artistes, de tous les horizons, de partout au Québec, au Canada et même en Europe, investiront alors cinq salles de la ville (la Sala Rossa, le Lion d’Or, le Cabaret du Mile-End, le Gesù et La Marche d’à Côté) pour présenter 37 spectacles complètement différents les uns des autres. Il n’y a pas de prix à gagner officiellement, mais on décernera des «Coups de pouce», et les participants bénéficieront d’opportunités leur facilitant l’accès au circuit professionnel.

Dans le passé, Pierre Lapointe, Yann Perreau, Mes Aïeux, Karkwa, Damien Robitaille, Misteur Vallaire, Fred Pellerin et Evelyne de la Chenelière sont tous passés sous la bannière Vue sur la relève pour se faire connaître.

On annonçait mardi la liste des finalistes de la mouture 2014, qui promet d’être teintée d’audace. Par exemple, dans le volet théâtre, la pièce Have fun, du Théâtre du Zèle, traitera des tueries de masse en milieu scolaire. Parce qu’on sait jamais, du collectif Dans son salon, mariera jeu, danse, yoga et humour. Les Bouches Bées déclineront leurs chansons de style country et la compagnie Je suis Julio racontera un road trip en images dans N’arrête jamais d’inventer l’espace où je me trouve.

Décloisonné

Pour une deuxième année consécutive, la comédienne Pascale Bussières et le chanteur Alex Nevsky sont les ambassadeurs de Vue sur la relève. Alors que la première se dit férue de musique et juge important d’encourager les créateurs émergents, elle qui traine une carrière d’une trentaine d’années, le second n’a retiré que du positif de sa participation au festival, en 2009. Depuis, il a lancé l’album Himalaya mon amour, dont les titres On leur a fait croire et Les coloriés ont cartonné sur les ondes radiophoniques.

«C’a été vraiment déterminant pour moi, a souligné Alex Nevsky. Pas seulement le spectacle, mais tous les coups de pouce qui ont suivi. Vue sur la relève m’a donné l’occasion de jouer aux FrancoFolies et de faire une tournée du Québec, entre autres. Maintenant que j’ai un peu plus de visibilité, c’est tout à fait naturel pour moi de m’y associer, je suis content de pouvoir faire une différence.»

«J’aime beaucoup la musique, la danse, faire des découvertes, a enchaîné Pascale Bussières. C’est une belle occasion de saisir le pouls de la mouvance d’une année, des courants qui s’en viennent dans l’industrie. Je trouve important d’encourager la relève, d’autant plus que c’est un festival décloisonné. On peut avoir tous les genres confondus, dans une même soirée.»

Invités à citer leurs coups de cœur parmi les têtes d’affiche de l’an dernier, Pascale Bussières et Alex Nevsky ont nommé en chœur la jeune Sarah Toussaint-Léveillé qui, son album La mal lunée en poche, s’était fait remarquer lors de son passage au Cabaret du Mile-End.

Pérennité

«Ça parait tant que ça?, s’est inquiétée Marie-Andrée Thollon, fondatrice de Vue sur la relève, lorsque nous lui avons fait remarquer qu’elle semble extrêmement passionnée par son événement, mardi. La dame venait d’animer la conférence de presse du dévoilement de la programmation avec l’enthousiasme communicatif d’une petite fille.

«Je le suis, passionnée, alors je ne peux pas le cacher, a-t-elle poursuivi. À l’époque, quand j’ai fondé Vue sur la relève, il n’y avait rien du tout pour soutenir la création et les œuvres, diffuser les spectacles d’artistes en début de carrière.»

Marie-Andrée Thollon a spécifié que le recrutement des candidats de Vue sur la relève s’effectue par un appel ouvert à tous; environ 200 inscriptions sont ainsi recueillies chaque automne et, du nombre, on en retient 37. Des diffuseurs régionaux sont aussi mis à contribution. En plus de son caractère pluridisciplinaire, le concept prône la particularité de n’accueillir que des artistes qui ont conçu un spectacle complet, prêt à être présenté en tournée. Il n’est donc pas rare de voir des «diplômés» d’autres concours et festivals aller y faire un saut. Par exemple, cette année, on pourra applaudir le groupe Les gourmandes, qui s’est démarqué au Festival international de la chanson de Granby, en 2012.

«En chanson, par exemple, il y a tellement d’offre que je suis contente qu’on soit plusieurs à se pencher sur la sélection naturelle des plus puissants, a noté Marie-Andrée Thollon. Comme aux Francouvertes, à Granby, au Festival en chanson de Petite-Vallée, et tous les autres, on cherche la signature qui se distingue.»

Quelle est la plus grande fierté de Marie-Andrée Thollon avec le Festival Vue sur la relève?

«La pérennité, a spontanément lancé la dame. La pérennité de l’événement, mais surtout celle des artistes qui sont passés par Vue sur la relève et qui ont encore une place incroyable sur la scène artistique du Québec et d’ailleurs. On sait qu’on ne fait pas ça pour rien!»

Pour connaître toute la programmation du Festival Vue sur la relève, consultez le www.vuesurlareleve.com.

À VOIR AUSSI:

Top 10 des jeunes artistes québécois à surveiller en 2014

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?