NOUVELLES

La Syrie évacue le tiers de son arsenal chimique

04/03/2014 09:59 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

La Syrie a évacué ou détruit le tiers de son arsenal d'armes chimiques selon les termes d'un accord international chapeauté par la Russie et les États-Unis intervenu en septembre dernier à Genève.

« Un tiers des produits chimiques syriens a été soit évacué soit détruit », a déclaré la coordonnatrice de la mission chargée de superviser le processus, Sigrid Kaag, au conseil exécutif de l'Organisation pour les armes chimiques (OIAC). « C'est un bon développement et je compte sur une accélération soutenue et une intensification de l'effort. »

La Syrie a déjà raté plusieurs dates intermédiaires dans le processus de désarmement chimique, selon le programme contenu dans l'accord russo-américain et approuvé par l'ONU. Selon le calendrier de l'accord, la Syrie devait avoir complètement éliminé ses armes chimiques le 30 juin prochain.

Après avoir fait part de son intention d'achever l'évacuation de ses armes chimiques pour la fin du mois de mai, la Syrie s'est ravisée pour proposer un nouvel échéancier prévoyant la fin de l'évacuation pour la fin avril, a précisé l'OIAC par voie de communiqué.

La destruction des agents chimiques s'effectuera sur un navire de la marine américaine et le procédé prendra 90 jours.

La Syrie a déclaré posséder 700 tonnes d'agents chimiques de première catégorie - les éléments les plus dangereux - et 500 tonnes d'agents de catégorie 2. Le pays possède également 122 tonnes d'isopropanol, un produit nécessaire à la production du gaz sarin.

La Syrie ne s'était débarrassée que de 11 % de ses armes chimiques, il y a deux semaines. Mais, grâce à l'évacuation de deux chargements - dont l'un « d'un volume important » - prévus pour cette semaine, elle aura évacué plus de 35 % de son arsenal.

« Ce pourcentage couvre les 23% de produits de priorité 1 et les 63% de produits dits de priorité 2 évacués à ce jour », a indiqué l'OIAC.

De plus, la Syrie a détruit 93% de ses réserves d'isopropanol sur son territoire. « Compte tenu du temps qui s'est écoulé depuis les dates butoir initialement fixées, il est important que la Syrie maintienne le nouveau rythme », a précisé le directeur général de l'organisation, Ahmet Üzümcü.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait averti le régime syrien, le 6 février dernier, de « respecter ses obligations » et d'accélérer l'évacuation de l'arsenal chimique hors du pays.

PLUS:rc