NOUVELLES

Amical - Pays-Bas: Van Gaal a tout changé

04/03/2014 07:14 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

L'équipe des Pays-Bas qui rencontre la France mercredi en match amical a profondément changé de visage ces deux dernières années, passées sous l'égide de Louis van Gaal.

Le "onze" qui foulera la pelouse du Stade de France n'a plus qu'une partie du secteur offensif comme point commun avec l'équipe qui avait atteint la finale du Mondial-2010 mais qui s'était fourvoyée lors du dernier Euro (trois matches, trois défaites).

C'est ce fiasco qui avait conduit à la démission de l'ancien sélectionneur Bert van Marwijk, remplacé depuis deux saisons par Van Gaal, lequel a entrepris un travail de reconstruction plutôt payant jusqu'à présent.

Les Oranje ont survolé leur groupe qualificatif inscrivant 34 buts (en dix matches) contre la Turquie, la Roumanie, la Hongrie, l'Estonie et Andorre. Neuf victoires et un match nul durant lesquels les Néerlandais n'ont concédé que cinq buts.

"C'est ma principale satisfaction", déclare Van Gaal qui avait fait de la défense son principal chantier.

La charnière centrale Heitinga-Mathijsen a été sacrifiée suite à l'Euro catastrophique.

La défense est désormais composée le plus souvent de Janmaat, De Vrij, Martins Indi et Blind: 21 ans de moyenne d'âge !

Face à la France, Ron Vlaar pourrait apporter son expérience en remplacement de De Vrij, blessé.

Par ailleurs, entre Krul, Stekelenburg, Vorm et Cillesen la hiérarchie n'est pas encore très claire au poste de gardien. Jasper Cillessen, dernier rempart de l'Ajax, semble avoir pris le dessus lors des dernières sorties.

-Du changement devant aussi-

Si la défense a été modifiée du tout au tout, Van Gaal qui est revenu à un 4-3-3 très néerlandais (après le 4-2-3-1 cher à Van Marwijck) a aussi procédé à des retouches dans le milieu de terrain et aux avants-postes.

Durant les qualifications, seuls Robin van Persie et Arjen Robben ont fait office d'incontournables. En revanche, Van Gaal ne s'est pas privé de se passer régulièrement d'ex-cadres tels Rafael van der Vaart, Nigel de Jong ou Wesley Sneijder.

Ce dernier a même perdu son brassard de capitaine au profit de Van Persie et pourrait en outre être écarté du onze type.

"Si Louis van Gaal fait de moi un remplaçant au Mondial, je devrais l'accepter, même si mon objectif est de toujours jouer", explique le meneur de jeu de Galatasaray.

Mercredi, Robben étant incertain (blessé à une cuisse), Sneijder et Van der Vaart peut-être remplaçants, le public du Stade de France pourrait découvrir Davy Klaassen (Ajax), Jean-Paul Boëtius (Feyenoord), Quincy Promes (FC Twente) ou encore Karim Rekik (PSV). Pas vraiment des stars.

Mais Van Gaal n'en a que faire. "Je ne m'intéresse pas aux CV des joueurs quand j'élabore mon équipe. Seuls le talents et la forme du moment m'intéressent", martèle le sélectionneur batave.

Et Robin van Persie d'embrayer: "ces dix-huit derniers mois, nous avons découvert de nombreux nouveaux jeunes joueurs. Ils n'ont pas encore d'expérience sur la scène internationale mais le monde entier va bientôt découvrir des garçons très très doués".

bnl/pgr/ig

PLUS:hp