NOUVELLES

Ukraine: "pire crise en Europe du 21e siècle" selon Hague

03/03/2014 04:30 EST | Actualisé 02/05/2014 05:12 EDT

La situation en Ukraine constitue "la pire crise en Europe" depuis le début du siècle, a estimé lundi le chef de la diplomatie britannique William Hague dans une interview à la BBC.

"C'est difficile d'établir un classement mais c'est certainement la pire crise en Europe du 21e siècle et elle va requérir tous nos efforts diplomatiques", a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères depuis Kiev, peu avant une conférence de presse.

William Hague, qui a rencontré les nouvelles autorités ukrainiennes, a averti Moscou des "coûts importants" que l'intervention militaire en Crimée allait entraîner.

"Il y a des mesures d'ordre diplomatique que nous avons déjà commencé à prendre", a déclaré William Hague, qui avait annoncé dimanche que Londres suspendait sa participation aux réunions préparatoires du G8 de juin à Sotchi.

"Il y a une série d'autres coûts significatifs. Je ne veux pas anticiper sur ce qu'ils vont être, ils feront l'objet de discussions entre mes confrères ministres des Affaires étrangères aujourd'hui (à Bruxelles), ils sont aussi l'objet de discussions avec les Etats-Unis, le Japon, le Canada et d'autres nations", a-t-il dit.

"Le monde ne peut pas permettre cela. Le monde ne peut pas dire qu'il est acceptable dans les faits de violer la souveraineté d'une autre nation de cette façon", a ajouté William Hague en insistant pour que "la Russie montre qu'elle respecte la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine".

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a averti que la Russie pourrait perdre son siège au sein du club du G8, ce que William Hague a également suggéré.

"Clairement cela veut dire qu'il y a une grave menace sur la coopération au G8 dans les prochaines semaines et les prochains mois", a-t-il dit.

"Les pays du G7 sont entièrement capables de bien coopérer entre eux sans la Russie et ils prendront de plus en plus cette direction si ces sujets ne peuvent être résolus", a ajouté le ministre britannique.

William Hague a admis que les Russes avaient le droit d'avoir des troupes en Crimée mais "quand ils sont en dehors de leurs bases ils doivent opérer avec l'accord des autorités ukrainiennes. La Russie doit revenir à cette situation", a-t-il ajouté.

alm/dh/jh

PLUS:hp