NOUVELLES

Ukraine: Berlin estime qu'il n'est pas trop tard pour une solution politique

03/03/2014 07:37 EST | Actualisé 03/05/2014 05:12 EDT

La chancelière allemande Angela Merkel estime qu'il n'est "pas trop tard" pour trouver une solution politique à la crise en Ukraine, et qu'il n'y a "pas d'option militaire", a indiqué son porte-parole, Steffen Seibert, lundi.

"Il n'est pas encore trop tard pour résoudre la crise par la voie politique", a souligné le porte-parole lors d'une conférence de presse régulière à Berlin.

"Il n'est pas encore trop tard pour que la Russie envoie des signaux qui prouvent le respect des accords (internationaux) et qui permettent d'apaiser la situation en Crimée et dans l'est de l'Ukraine", a-t-il ajouté.

M. Seibert faisait ainsi référence au mémorandum de Budapest de 1994 sur le respect de la souveraineté de l'Ukraine et au traité sur la flotte russe de la Mer noire de 1997.

'Le gouvernement allemand ne pense pas en terme de catégories militaires", il ne "voit pas d'option militaire", a-t-il ajouté.

"L'Allemagne et ses partenaires veulent soutenir cette voie loin des mouvements de troupes, de la logique des rassemblements de soldats et pour un retour au dialogue", a encore indiqué le porte-parole alors que l'Allemagne est en première ligne dans les efforts diplomatiques pour tenter de résoudre la crise.

Steffen Seibert a en outre souligné qu'il manquait actuellement une évaluation objective de la situation en Crimée.

'Il y a beaucoup de rumeurs qui nous parviennent de Crimée mais ce qui nous manque, c'est une évaluation objective de la situation dans la péninsule", a-t-il encore fait valoir, rappelant la proposition d'Angela Merkel de créer "une mission d'enquête", éventuellement sous la direction de l'OSCE, acceptée par le président russe, Vladimir Poutine.

Lors de son entretien téléphonique dimanche soir avec M. Poutine, la chancelière a "reproché au président russe d'avoir violé le droit international par l'intervention russe, inacceptable, en Crimée".

Vladimir Poutine a accepté la proposition de Merkel de créer un "groupe de contact" pour entamer "un dialogue politique" sur l'Ukraine.

yap/elr/abk

PLUS:hp